Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 11:21

  la mémoire magritte 1948

  La mémoire, Magritte, 1948

 

 

 

Fut-il jamais au monde

Cet instant

Sortilège

Où tout se pétrifia

 

Eut-il une existence

Ce moment

De mandorle

Où ma vie tituba

 

Quelle réalité

Ce long temps

De sorcière

Quand ta main me frôla

 

Virent-elles bien le jour

Les minutes

Immanentes

Où ma peau s’irisa

 

Ont-elles été vivantes

Les secondes

Insolentes

Où mon corps exulta

 

Les jours ont naufragé

J’ai tremblé l’heure exquise

Je ne m’en souviens pas

 

 

Pour Papier Libre de Juliette,

Thème : l’heure exquise

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

Inquiétude et fascination chez deux peintres du mystère. Merci, Nounedeb, d'entrer ainsi dans mes poèmes


Répondre
N

Après De Chirico, Magritte, et toujours des mots qui vont au delà du sens. On les reçoit en plein coeur avant toute compréhension. Bonne soirée.


Répondre
C

Merci, Anne, pour ce bel écho en poésie.


Répondre
L

"Mes mains brûlantes glissent sur les murs glacés / J’ai peu d’espoir de mémoire", Paul Eluard. Merci pour de poème infiniment beau. Anne


Répondre

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche