Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 09:28

 

  Romy Schneider dans La Passante du Sans-Souci, de Jacques Rouffio

 

 

C’est un vieux conte de Bohême :

Sur un violon, à minuit,

Dans la lune un tsigane blême

Joue en faisant si peu de bruit,

 

Que cette musique très tendre,

Parmi le silence des bois,

Jusqu’ici ne s’est fait entendre

Qu’aux amoureux baissant la voix.

 

Mon amour, l’heure est opportune ;

La lune argente le bois noir ;

Viens écouter si dans la lune

Le violon chante ce soir !

 

L’Illusion : Chants de l’Amour et de la Mort, Henry Cazalis

 

Henry Cazalis est le nom en écriture du docteur Jean Lahor (1840-1909). Etudiant en droit puis en médecine, féru de littératures orientales, grand voyageur, épris de rencontres cosmopolites, il eut une vie riche d’expériences multiples que l’on retrouve dans son œuvre. Paul Bourget évoque à propos de sa poésie " un charme composite, inquiétant et pénétrant, comme celui des tableaux de Burne-Jones et de la musique tzigane, des romans de Tolstoï et des lieds de Heine ".

Dans les Quatrains d’Al-Ghazali, il fait un usage original du quatrain. Il sait en effet que celui-ci, " comme le sonnet, peut être une forme assez complète pour pleinement contenir toute une émotion, toute une vision… " Il me semble que c’est cela que l’on retrouve- en mineur- dans cette suite douce de trois quatrains.

 

Pour illustrer ce thème musical du violon, je vous propose cette scène bouleversante de La Passante-du Sans-Souci. Scène difficile à l'extrême pour Romy Schneider, puisque le petit garçon qui joue du violon ne pouvait manquer de lui rappeler son fils David, mort peu de temps avant.

 

 

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème proposé par Vert de Grisaille : musique

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

valdy 22/10/2011 16:42


Bouleversante, sublime Romy Schneider. Cette scène fût parait-il, un moment d'intense émotion lors du tournage, où chacun se demandait si elle tiendrait puis, comment avait-elle réussi à surmonter
la douleur du souvenir ( la perte tragique de son fils étant récente). Une mater dolorosa admirable de retenue ....
J'en oublie le poème Catheau, j'ai aimé ...


Catheau 25/10/2011 19:15



Actrice jusqu'à la fin, et par-delà la douleur de la perte. Amicalement.



Martine 21/10/2011 20:25


Magnifique et bouleversant
Merci Catheau

Bonne soirée
Martine


Catheau 21/10/2011 22:12



Un film que Romy Scneider a tenu absolument à réaliser, en dépit de tout, envers et contre tout. Et le résultat est à la hauteur de sa souffrance. Amitiés.



Monelle 20/10/2011 17:22


Merci d'avoir joint cette vidéo à ce beau poème. Elle était si belle Romy !
Bonne soirée à toi – bisous

Monelle


Catheau 21/10/2011 22:10



Une actrice que nous sommes nombreux à admirer et à aimer. Amitiés à vous.



christiane album 20/10/2011 17:03


Merci Cathy pour cette belle musique sans oublier ce beau visage . + tes visites sympas . Bonne soirée ,


Catheau 21/10/2011 22:09



Je suis heureuse, Christiane, que tu aiesaimé les deux. A bientôt chez toi mais j'ai eu du mal à lire tes réponses : la page de commentaires était incomplète avec des lignes bizarres !



Elo 20/10/2011 16:29


Magnifique poème, magnifique scène ... Un article qui m'a beaucoup touché ! MERCI . bisous


Catheau 21/10/2011 22:07



Une scène d'autant plus bouleversante lorsque l''on connaît le contexte.



Alice 20/10/2011 13:55


Tu nous emmènes vers la Beauté, le violon si bas et le visage émouvant de l'actrice,tous deux empreints de douceur et de ferveur. Amitiés


Catheau 21/10/2011 22:06



C'est un film que je t'enjoins à voir. Tu ne devrais pas le regretter. 



Dan 20/10/2011 11:53


Une émotion pure. Merci Dan


Catheau 21/10/2011 22:06



Une scène intense. Merci à vous, Dan,de l'avoir ressentie ainsi.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche