Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 15:43

Jeudi 14 janvier 2010, à La Grande Librairie, François Busnel consacrait une grande partie de son émission à James Ellroy, celui pour qui « l’Amérique n’a jamais été innocente », et dont on vient de publier en français le tome III de sa trilogie intitulée Underworld USA, après American Tabloïd et American Death Trip. Ensuite, il recevait Andrei Kourkov, « l’écrivain comique ukrainien » pour Laitier de nuit. Je voudrais cependant m’attarder sur sa troisième invitée, la fragile Kim Thúy, qui vient d’écrire son premier roman, Ru, dont elle a parlé avec une délicatesse et une philosophie qui donnent envie de la lire.


KIM-20THUY_1_Kim-Thuy.jpg


Son histoire d’abord est extraordinaire. D’origine viêtnamienne, elle a dû quitter son pays natal à l’âge de dix ans, a vécu quatre mois dans un camp de réfugiés, pour ensuite s'installer au Québec avec sa famille. Couturière, avocate, restauratrice, elle a écrit ce premier ouvrage dénué de tout misérabilisme, en souhaitant y décrire des sensations, des émotions plus que des faits, et en expliquant qu’il fut « long de faire ce petit livre » de 142 pages.

Elle a précisé que si « ru » signifie « petit ruisseau » en français, en viêtnamien, il a le sens de « bercer », de « berceuse ». Et ce livre est sans doute pour l’émigrée la berceuse qui la rattache à la terre de ses ancêtres.

Celle qui a trouvé dans la langue française une patrie, a aussi proposé les trois livres de son Panthéon littéraire. L’Amant de Marguerite Duras, qui lui fit redécouvrir le Viêtnam ; L’Enigme du retour de Denis Laferrière, son frère en émigration ; et L’Insoutenable Légèreté de l’Etre de Kundera, qui lui donna l’occasion de prendre conscience de la réalité du communisme.

En disciple du bouddhisme, elle souligne que les déchirements de sa vie lui ont enseigné le détachement, qu’il importe en effet de ne pas s’attacher pour ne pas souffrir et qu’on apprend à se dépouiller pour rebondir. Et devant les aléas de la situation politique au Viêtnam, en philosophe, elle fait le constat que « guerre et paix sont en fait des amies et qu’elles se moquent de nous. »

Alors, s’il faut faire un choix de lecture entre l’ogre Ellroy, le drolatique Kourkov et la sereine Kim Thúy, je choisis celle dont la voix est le murmure nostalgique du « ru » de son enfance.

 

Vendredi 15 janvier 2010

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Librivore 14/05/2010 17:31


J'ai beaucoup aimé ce livre, je te le conseille. J'ai bien aimé ton article car, n'ayant pas vu l'émission, tu m'as appris des choses que je ne savais pas. J'ai mis un lien vers ton article.


Catheau 03/04/2010 10:29


L'écriture de Kim Thuy, "à sauts et à gambades" comme aurait dit Montaigne, plonge dans un passé déchiré, le sien, et celui de son peuple en exil. On suit avec émotion celle qui s'est "avancée dans
la trace des pas" de ceux qui ont marché devant elle, "comme dans un rêve éveillé [...] où un pays n'est plus un lieu mais une berceuse". On en apprend plus sur le Viêt-Nam que dans n'importe quel
autre ouvrage. Un livre magnifique.


kamel kies 30/03/2010 17:37


Murmure d’un ruisseau

Récit bouleversant d’une vie miraculeusement arrachée à la mort, le livre de Kim Thuy se lit sereinement parce que dénué de ressentiment, de rancœurs .Une écriture fluide et accrocheuse tant sur le
plan de la langue qui « croise » les mots du français avec des expressions vietnamiennes que sur le plan des descriptions très imagées. Cette mémoire semble se repérer à la lueur des souvenirs les
plus vivaces et Kim les évoque avec beaucoup de délicatesse pour mieux nous communiquer la sensibilité qui les transporte. Kim, c’est aussi ce « ruisseau » dont le murmure de l’eau « berce » notre
lecture de sentiments qui exaltent la pudeur, le respect, ne laissant aucune place à la haine. Un récit en somme dédié à tous ceux dont l’exil a contraint à un perpétuel recommencement … Un livre
pour apaiser la souffrance de ceux qui ne sont de nulle part …
Kamel Kies


Alice 15/01/2010 16:55


Tel que nous le décrit, cela donne vraiment envie de lire son livre. Je ferai le même choix ! amicalement


Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche