Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 17:46

Tourterelle et huppe dans le jardin de Rou (Photo ex-libris.over-blog.com, juin 2017)

On était en juin, veille de la Saint-Jean,
Trois huppes fasciées déambulaient hautaines,
La crête empanachée et l’allure égyptienne,
Aux abords de l’été, striées de noir et blanc.

Fières de leur plumage du plus bel orangé
Elles s’enorgueillissaient et tenaient conférence,
Tout à leur entre-soi et leur indifférence,
Portant beau leur lignée, pétries de vanité.

Vint une tourterelle exilée de Turquie,
Marchant sereinement dans ce conciliabule,
Le trio s’en offusque et crie sans préambule 
A l’oiseau émigré de retourner au nid.

« Nous étions au tombeau des anciens pharaons,
Hiéroglyphe fameux de la piété filiale,
Nous portons sur la tête une marque royale
Et fîmes rencontrer Saba et Salomon.

 Vous êtes sans vergogne d’envahir céans
Nos jardins, nos vergers, nos cours et nos villes ;
Nous ne supportons plus votre chant qui distille
Le triple hou-hou-hou d’un être se plaignant. »

« Orgueil et vanité sont échasses de sot, »
Répondit calmement la tendre tourterelle,
« Salomon me chantait pour célébrer sa belle
Et, ne vous en déplaise, mon chant n’est pas sanglot.

Je suis l’oiseau sans tache, en holocauste à Dieu
Que les Hébreux offraient en lieu de sacrifice ;
Je ne céderai point à votre vain caprice,
Point ne me résoudrai à déserter vos cieux.

Je vous dirai enfin un grand désagrément
Qu’il me faut révéler pour crier l’artifice :
Tout est dans le paraître et puis dans le factice,
Votre nid est bien sale et pue assurément. »

Moralité

Oyons le vieux Corneille qui dit dans Le Menteur :
« Les visages souvent sont de doux imposteurs.
Que de défauts d’esprit se couvrent de leur grâce.
Et que de beaux semblants cachent des âmes basses ! »

Fable librement inspirée par la présence de trois huppes et d’une tourterelle 
dans le jardin de Rou.

  

La Conférence des oiseaux (Farid Al-Din, 1177), peinte par Habiballah of Sava

On aperçoit la huppe au-dessus du perroquet vert au milieu à droite

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Fables
commenter cet article

commentaires

Martine 24/08/2017 02:58

Bonjour Catheau,

Un couple de huppe vient s'installer pas loin du jardin chaque année. j'aime les écouter et admirer leur beau plumage.

Ce que j'ai aimé cette lecture. bravo Catheau et merci
;)

Catheau 26/08/2017 12:53

C'est en effet un très bel oiseau, qui se fait rare. Me consacrant à la parution d'un quatrième recueil de poèmes (dont le titre sera Vert jardin), j'ai délaissé mon blog cet été. A bientôt sur le vôtre.

Alice 03/07/2017 16:53

Splendide, et très vivant, on les saisit dans leur dialogue !

Catheau 04/07/2017 15:50

Merci, Alice ! Quel bel oiseau (rare) que la huppe !

Nounedeb 28/06/2017 08:33

Quelle belle fable, où la "dégaine" hautaine de la huppe est croquée sur le vif, où les oiseaux sont nos miroirs. A méditer.

Catheau 28/06/2017 10:08

Trois huppes dans le jardin, point trop sauvages, que nous avons pu observer à loisir ! Mais nous n'avons pas entendu leur hup-hup-hup !

Suzâme 27/06/2017 21:31

Quelle saveur votre fable! Il me semble reconnaître cette querelle chaque matin. Grâce à vous, je viens de démasquer l'oiseau solo au chant si insistant qu'il réveille les hommes et les arbres, qu'il couvre tous les autres choeurs. Alors, c'était donc la huppe...

Catheau 28/06/2017 10:06

Chez vous aussi, Suzâme, la Conférence quotidienne des oiseaux ! La huppe est un oiseau extraordinaire que j'ai un peu maltraité ici !

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche