Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 13:42

 

fantin-latour.jpg
Un coin de table, Verlaine, Rimbaud et les Vilains Bonshommes, Fantin-Latour.

Aux temps de la saint Jean, quand les nuits se font

                                                                           [claires
Aux jardins odorants dans la douceur des soirs,
 
Il est bon de partir et vers d'autres histoires,

Quand le temps minuté ne le sera plus guère.

Plus ne pénétrerai sous la porte cochère

Qui ouvre sur la cour d'une beauté altière,

Le long du couloir blanc, dans leurs cadres dorés,
Les vieux pères abbés ne me verront passer

 
Je n'aurai plus le goût du crayon qu'on mordille,

Quand on cherche le mot au bout du stylo bille,

Et je n'entendrai plus la cloche stridulante

Quand on va vers la classe dans une marche lente.


Et dans la salle haute dont la table est soleil,

 Mes yeux n'erreront plus sur les livres anciens,

Dans le bourdonnement des notes et conseils

De ceux dont on écrit ici les lendemains.


Et je me souviendrai des grandes assemblées

Où l'on doit chaque année rénover le lycée,

Des temps pédagogiques, des heures de formation,

Où chacun dit son mot et parle à profusion.


Et pourtant j'aimais bien, pendant plus de vingt ans,

Faire craquer doucement les estrades de bois,

Embrasser du regard la classe aux yeux d'enfant

Qui cherche à deviner le secret de nos voix.


Et cependant j'aimais, le bras endolori,

Laisser courir ma main sur le vieux tableau noir,  

Alors que, derrière moi, tandis que la craie crie,

Une phrase peut-être saura les émouvoir.


Et puis j'aimais aussi, aux abords de septembre,

Humer les feuillets neufs où les écrivains dorment,

Me dire dans la ferveur qu'il faut savoir attendre

Et qu'un cœur de seize ans leur redonnera forme.


Je ne connaîtrai plus, à l'aube de l'année,

Les visages nouveaux et qui vers vous se tendent,

Des enfants inconnus, au passé ignoré,

Dans l'espoir incertain d'une alchimique entente.


Et dans la classe close, aux portières fermées,

Je ne reverrai plus, penchées, ces silhouettes,

Dont la plume s'obstine à écrire des idées

Qui passent et puis s'enfuient des juvéniles têtes.


Plus ne ressentirai la fragile étincelle,

Quand après un long temps où le rouge insupporte,

On découvre, ô magie, une copie plus belle :

Un élève soudain a ouvert une porte.


J'aurai toujours au cœur le souvenir aigu

Des écoliers perdus, des élèves en allés,
Tous ceux que j'ai aimés, ceux que j'ai méconnus,
Dans le temps disparus, dans le flux des années.

J'ai voulu leur donner, avec l'amour des mots, 
 

La colère de Voltaire, la rage de Rimbaud,

Le rire de Molière, la douleur de Baudelaire,

La force des auteurs qui oeuvrent pour leurs frères,


Le regard de voyant de tous les vrais poètes,

Pour qui dans l'encrier la plume est toujours prête,

Oui, j'ai souhaité dire que dans tout écrivain

Vit l'esprit de la terre qu'ils construiront demain.


Lycée Saint-Louis, mardi 29 juin 2004.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche