Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 21:29

  Minh Tran Huy

 

Le deuxième roman de Minh Tran Huy, La double vie d'Anna Song, tient les promesses du premier (La Princesse et le Pêcheur) et réserve au lecteur bien des surprises. Alors que l'on croit lire une histoire d'amour fou articulée autour du thème de la falsification artistique, on découvre au terme de la lecture qu'il s'agit en fait d'une méditation sur les pouvoirs de la fiction.

C'est avec une grande habileté que la jeune romancière structure l'histoire de cette pianiste prodige, Anna Song, dont la carrière est brisée par une paralysie des deux derniers doigts de la main droite. Alors qu'elle subit une seconde épreuve avec un cancer, son ami d'enfance, Paul Desroches, devenu son mari, qui vit dans le souvenir de la pianiste géniale qu'elle fut, orchestre de main de maître une imposture. Il parvient à faire croire au monde musical international qu'elle a enregistré en studio plus 102 CD, d'une admirable virtuosité.

Le lecteur suit en parallèle les événements musicaux de la vie de la jeune femme racontée par son époux et le retentissement médiatique de la découverte de son talent exceptionnel, à travers des articles de journaux. La mystification joue à plein lorsqu'il apprend à la fin que cette histoire n'est que le roman écrit par l'ami d'enfance, qui n'a jamais épousé Anna Song...

Oeuvre à double voire à triple fond, le livre séduit par de très belles pages sur la magie de la musique et les extrémités auxquelles est confronté celui qui est en proie à l'amour absolu. On sera aussi sensible aux réminiscences d'un Viêtnam perdu et rêvé, celui de l'auteur et de son personnage, dont une très poétique légende viêtnamienne vient éclairer le destin tragique.

Vertigineuse mise en abyme pratiquée avec maestria par une romancière qui croit avec Shakespeare que « nous sommes faits de l'étoffe de nos rêves » (La Tempête, Acte IV, scène 1), l'ouvrage résonne longtemps en nous comme de mélancoliques arpèges...

 

Samedi 10 juillet 2010

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche