Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 14:21

  La-Charmeuse-de-serpents-du-Douanier-Rousseau

  La charmeuse de serpents, le Douanier Rousseau

 

 

 

Dans les jardins d’hiver, des fleuristes bizarres

Sèment furtivement des végétaux haineux,

Dont les tiges bientôt grouillent comme les nœuds

Des serpents assoupis aux bords boueux des mares.

 

Leurs redoutables fleurs, magnifiques et rares,

Où coulent de très lourds parfums vertigineux,

Ouvrent avec orgueil leurs vases vénéneux.

La mort s’épanouit dans leurs splendeurs barbares.

 

Leurs somptueux bouquets détruisent la santé,

Et c’est pour en avoir trop aimé la beauté

Qu’on voit dans les palais languir les blanches reines.

 

Et moi, je vous ressemble, ô jardiniers pervers !

Dans les cerveaux hâtifs où j’ai jeté mes graines,

Je regarde fleurir les poisons de mes vers.

 

La Nuit, Iwan Gilkin

 

Iwan Gilkin est un poète belge, né à Bruxelles, le 07 janvier 1858 et mort le 28 septembre 1924. De vingt à trente-six ans il vit une crise morale profonde qui le rapproche de Baudelaire. Croyant à l’inéluctable décadence de la civilisation latine, il écrit La Nuit, en 1897. Dans cette œuvre pessimiste, qui devait s’intituler La Fin d’un Monde, il montre le Mal « fascinant les âmes, les enlaçant dans ses replis comme un reptile aux écailles chatoyantes, les broyant et les brûlant comme un serpent de feu ».

Dans ce sonnet, doutant même de la portée de sa poésie, il identifie le poète à un jardinier dont les vers sont porteurs de poison.

 

 

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème proposé par Nounedeb : sulfureux

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

Merçi Catherine , de bons articles sur ton blog ! .Temps pourri içi ....


Répondre
C

Cela me plaît de savoir que vous appréciez Yves Leclair, qui vient de publier un dernier ouvrage, intitulé "Orient intime".C'est un poète véritable, d'une grande discrétion, dont je parle dans un
article de mon blog. Amicalement.


Répondre
N

Les poésies que vous nous offrez en bouquet ne sont pas vénéneuses. Leur variété est l'occasion de s'enrichir. J'ai trouvé dans celui-ci de l'humour que la fin colore de teintes plus sombres
encore.
Je suis en train de me délecter de "Manuel de contemplation en montagne", que vous m'avez conseillé. Je me sens en effet de la même famille de sensibilité - pour la mise en mots c'est autre chose.
Le goût aussi pour la méditation.
Merci à vous Catheau.


Répondre

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche