Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 22:29

 

cavalière

Cavalière aux abords du Coudray-Macouard

(Photo ex-libris.over-blog.com,  Effet Orton et Traitement croisé, lundi 17 février 2014)

 

Lundi 17 février 2014, à la fin d'une promenade à pied autour du village du Coudray-Macouard, j'ai vu cette cavalière dans le froid soleil d'hiver. J'ai alors pensé  à ce haïku de Basho, lu dans ce recueil Cent onze haïku (p.105), aux éditions Verdier (2011) que l'on m'a offert à Noël. Le texte de chaque poème est écrit verticalement en caractères japonais ; il est reproduit phonétiquement en haut de la page et en français en bas de celle-ci.

Celle qui est devenue une des spécialistes de cette forme brève et dépouillée, héritée de la Chine et de la poésie populaire japonaise, Joan Titus-Carmel, a traduits ces haïkus du japonais. Sa traduction en respecte la métrique japonaise (cinq-sept-cinq syllabes). Elle en sauvegarde aussi l'indétermination de la structure grammaticale, parvenant ainsi à préserver la fluidité de l'original. C'est bien tout l'art de ce genre poétique bref et si évocateur de saisir l'instant dans sa fulgurance


fuyu no hi ya

bajō ni kōru

kagebōshi

 

Ah ! Soleil d’hiver

lorsque je suis à cheval –

mon ombre glacée !

 


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
J'ai oublié de dire que la photo est vraiment très belle.
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Carole. Je l'ai retravaillée... un soupçon.<br /> <br /> <br /> <br />
C
Ces textes sont très elliptiques, et jouent beaucoup aussi sur les homonymies et la forme dessinée des kanjis. A vrai dire il y a un an que j'étudie assidûment le japonais, et ces poèmes me<br /> semblent toujours aussi mystérieux. Dans celui-ci on perçoit bien comment le "feu de l'hiver" et "l'ombre" finale se répondent. Merci de nous l'avoir fait lire, et de nous avoir présenté un ouvrage<br /> qui semble très intéressant.
Répondre
C
<br /> <br /> Je vous admire, Carole, d'apprendre le japonais. Comment trouvez-vous le temps pour faire tout ce que vous faites ? Merci pour cette approche, ô combien personnelle, de ce bref poème.<br /> <br /> <br /> <br />
M
Comment traduire le sens, la poésie et la construction d'un texte aussi court soit-il! Un travail d'artiste et de passionné!
Répondre
C
<br /> <br /> Légèreté, simplicité, détachement... du grand art en effet.<br /> <br /> <br /> <br />
M
merci pour ce partage ..<br /> nous offrir la jolie photo, un article du livre de Joan Titus-Carmel et le petit poème qui accompagne. Joli moment.
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Jeanne. je vous recommande ce recueil. Amitiés à vous.<br /> <br /> <br /> <br />
A
et l'haïku est un bijou d'écriture
Répondre
C
<br /> <br /> Un bijou qui brille chaque vendredi sous ta plume, Alice !<br /> <br /> <br /> <br />
A
Magnifique photo accompagnant cet haïku, au plaisir des randonnées s'ajoute l'insolite d'une rencontre dans un paysage. Ce doit être un joli livre à lire, comme tu le décris.A tout à l'heure
Répondre
C
<br /> <br /> Un joli livre, au beau papier, aux fines calligraphies. Un de mes cadeaux de Noël préférés.<br /> <br /> <br /> <br />
N
Où l'on voit qu'il n'est pas facile d'écrire un bon haïku!
Répondre
C
<br /> <br /> Non plus que de le bien traduire ! A bientô tchez vous, Noune, pour admirer les vôtres.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche