Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:24

  A la verticale de lete 02 3 soeurs

  Les trois soeurs de A la verticale de l'été (Lien, Khanh, Suong),

un film de Anh Hung Tran (2000)

 

 

A la verticale de l’été

Trois femmes se déploient

Souples corps de lianes

Orbe bombé de leurs paupières

Sous leurs obscurs cheveux de nuit

 

Il y a celle qui

N’aimerait qu’un seul homme

Aussi beau que son frère

Dans ses vêtements blancs

Fumant la cigarette

Dans une rue d’Hanoï

 

Il y a celle

Qui se tait chez l’amant

Et qui est tout en pleurs

Son mari a deux femmes

Un tout petit enfant

Près de la baie d’Ha-Long

 

Il y a celle qui

Murmure qu’elle attend

Enfin ce bel enfant

A celui qui s’en va

Et qui en aimera

Une autre à Saïgon

 

A la verticale de l’été

Trois sœurs se déploient

Fleurs vivantes sur le mur

Légères ombres aux cloisons

Douces chansons en viêt-namien

Insectes verts sur les doigts

Caramboles transparentes

 

A la verticale de l’été

Trois destins dissemblables

Pour trois vies si semblables

Sous la pluie drue

De la mousson

 

 

Texte inspiré par le film de Anh Hung Tran, A la Verticale de l’été,

diffusé sur Arte, mardi 08 mars 2011.

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème proposé par Lilie : Femmes

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
<br /> Un très beau texte, belle inspiration...<br /> <br /> Pardonne moi, je me suis souvenue que tu étais passée sur ma publication du "Peintre" en hommage à Vermeer, qui n'est autre que mon fils Arnaud..Il expose à partir de ce soir dans une salle en<br /> région parisienne<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Un fils peintre, une mère poète, une même âme d'artiste.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Magnifique. Ce film m'aurait plus. Je découvre lentement, tardivement d'autres cultures, d'autres moeurs... Récemment j'ai fondu devant le film "Poétry" dont j'attends le DVD. En poésie, j'aime<br /> voir à travers les vers...les tiens me donnent à voyager du regard et du coeur. Suzâme<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Du même réalisateur, j'ai beaucoup aimé L'Odeur de la papaye verte. J'ai très envie de voir Poetry, dont on m'a dit grand bien. Nous, Occidentaux, sommes<br /> souvent béotiens par rapport aux richesses et aux raffinements de l'Asie. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Belle inspiration t'ont insufflé ces trois femmes !!!<br /> Bon W.E.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Trois soeurs, trois muses... Merci, Monelle. Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> Enchanteur poème sur le destin de ces femmes si proches et si différentes<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Des soeurs, des mères, des amantes, des épouses, qui essaient d'exister aussi pour elles-mêmes. A bientôt, Brunô.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Quel texte magnifique, tu me fais regretter de n'avoir pas vu ce film, quel dommage Catheau !<br /> Et j'adore cet extrait d'Apollinaire...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Marine ; le film existe sans doute en DVD. Quant à Apollinaire, c'est un de mes poètes préférés. Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Je n'ai pas vu le film, mais ce poème si beau me donne vraiment envie de le voir.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Un poème comme une invitation à découvrir des femmes lointaines, c'est ce que j'ai souhaité. Merci, Adamante, de vos mots.<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> je n'ai pas vu ce film, mais tu en as fait une magnifique peinture poétique !! destins sous la mousson émotion ! merci Catheau :0)<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui, l'histoire de ces trois soeurs émeut, pour peu que l'on sache les écouter au rythme lent et méditatif du réalisateur.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Beau et difficile à entendre...<br /> nous parlions justement des différences de culture...<br /> En Chine, les hommes ne présentent jamais leur épouse à leurs confrères....<br /> Bonne soirée<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Dans la beauté et l'harmonie d'une civilisation raffinée, des femmes qui souffrent. Merci, M'annette de votre commentaire.<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Le regard de l'Orient, signes, mots et images dans l'indicible et l'instant. Accueillir "l'odeur de la papaye verte", "la balade de Narayama" et "le voyage de Chirico"... Quelque part, au plus<br /> profond, au-delà de l'enfance, "l'île nue". Nous avons tant à apprendre de cet "Orient intime"...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Anne. J'ai beaucoup aimé aussi L'odeur de la papaye verte, film du même réalisateur, sur lequel j'avais écrit un billet. L'Orient, un continent méconnu par les Occidentaux.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Bonsoir Catheau<br /> <br /> Magnifique présentation du film que je regrette de n'avoir vu<br /> Belle soirée, Lyly<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Lily, pour le choix du thème qui a suscité de belles trouvailles en poésie. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche