Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 16:02

  jdromilly

 

 

Jacqueline de Romilly (1913-2010) vient de nous quitter pour son dernier séjour dans Les Champs-Elyséens. Celle qui fut première en tout, première femme reçue à L’Ecole Normale supérieure (1933), première femme reçue au Collège de France (1973), première femme élue à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (1975), était une amoureuse passionnée de la Grèce et un professeur avide de transmettre son savoir.

Pour honorer la mémoire de celle qui avait reçu la nationalité grecque en 1995, je voudrais citer ces quelques lignes de son discours de réception à l’Académie française (1988), où elle fut la deuxième femme à siéger après Marguerite Yourcenar. Elle y exprimait  avec conviction l’apport capital de la Grèce dans la formation :

« Pour l’apprentissage du français, le lien est si évident  que j’ose à peine le rappeler. Les mots de notre vocabulaire ne prennent-ils pas leur transparence lorsque l’étymologie les éclaire ? L’attention lucide aux structures grammaticales ne s’acquiert-elle pas plus sûrement au contact des langues anciennes, où tout peut se raisonner ? Et je ne parle pas de la merveille qu’est cette langue grecque encore sans bavure, concrète et rigoureuse, qui donne d’emblée le goût de l’expression juste. Rien que pour le français, par conséquent, ce serait déjà une pitié que de voir toutes les entraves aujourd’hui imposées à ces études, qui pourtant auraient des adeptes.

Mais la langue française n’est pas seule en cause, ni les études classiques seules en danger. Est-ce la griserie du progrès scientifique ? Est-ce l’urgence d’obtenir, dans un monde difficile, un gain immédiat ? Certains en tout cas semblent s’être imaginés que l’on pouvait, du coup, mettre en veilleuse les études littéraires dans leur ensemble. Peu à peu les examens, les horaires, les méthodes mêmes ont évolué en conséquence. On paraît avoir oublié que ces études, par le contact avec les textes, assurent la formation de l’esprit et de la sensibilité.

Comprendre la pensée exprimée dans les œuvres, aiguiser et entraîner son aptitude au raisonnement, et en même temps se pénétrer des valeurs et des rêves des hommes de tous les temps – sans oublier ceux qui sont à l’origine de la civilisation occidentale – voilà ce qu’elles apportent à l’élève ; et, si la qualité de l’enseignement est toujours et partout essentielle, elle décide ici des forces mêmes que cet élève acquiert pour l’avenir. C’est pourquoi, Messieurs, il m’est si précieux de penser que vous avez sans doute voulu, à travers moi, marquer solennellement votre attachement à cette culture littéraire, qui pourrait bien n’être pas moins menacée que la faune des mers ou que l’eau des rivières. »

Ayant enseigné avec bonheur pendant vingt-cinq ans la littérature française en lycée, je ne peux que souscrire à cette profession de foi, doublée d’une inquiétude de Cassandre, qui, hélas, me semble-t-il, n’était pas vaine.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J

Je ne peux que souscrire à ce discours où n'apparait pas d'uatres idées de cette grande dame auxquelles je n'adhérais pas. On a tous ses crispations. J'élargirairs aussi son propos en y intégrant
la apports linguistiques d'autres langues qui ont elles-mêmes imprégner le Grec. Je n'ai pas eu la possibilité d'apprendre le Grec mais je ne regrette pas le romain appris au collège et qui m'aide
encore dans le sens des mots et dans les démarches de réflexion.


Répondre
C

"La culture ne s'hérite pas", disait Malraux,dans Hommage à la Grèce, "elle se conquiert". Toute la vie de Jacqueline de Romilly en est la preuve.


Répondre
D

Femme d'exception et de convictions à la culture formidable et à l'esprit malicieux


Répondre
L

Je ne connaissais pas cette femme mais c’est la littérature qui m’aura aidée à forger mon esprit, m'aura porté autant vers les rêves que les pensées. Nous pouvons donner goût de la langue française
aux enfants, et ce très tôt. Aussi un petit hommage pour Madame de Rumilly serait (sera) cette exigence-là du partage de notre langue. Bien amicalement. Anne


Répondre
A

Je ne peux qu'adhèrer à ce discours, ce sont les grandes institutions qui ont le pouvoir d'orienter l'enseignement dans ce sens. Adulte, j'ai plus d'intéret car une meilleure compréhension pour ces
textes. Amitiés


Répondre

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche