Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 13:31
 
Jules Laforgue 
Ce poème de Jules Laforgue (1860-1887) appartient à ses Premiers poèmes, qui furent publiés de manière posthume en 1903, sous le titre Œuvres complètes-Poésies. Avant la parution de ses célèbres Complaintes en 1885, s’il n’avait quasiment rien publié, il avait déjà beaucoup écrit. Mais il renonça à faire paraître ses premiers textes (qu’il appelait de manière amusée ses « poèmes philo »), quand il sut qu’il avait trouvé avec les Complaintes un mode d’expression original, plus conforme à son être profond.
 Ce poème, d'une facture des plus classiques, a néanmoins le mérite de nous donner à voir la vie du jeune bohème "décadent" qui fréquentait les Hydropathes dans les cafés de la rive droite. Transparaît aussi son goût pour la peinture, qu'il acquit auprès de Charles Ephrussi, critique d'art et grand collectionneur devant l'Eternel, dont il devint le secrétaire. Il remplira d'ailleurs sa (courte) vie durant des carnets de notes sur les tableaux qu'il admirait. Point aussi déjà, notamment avec l'allusion à Baudelaire et à Schopenhauer, cet ennui dont il fut la proie, et qu'incarnera plus tard son double dérisoire, l'infortuné prince Hamlet de ses Moralités légendaires (1887).
Epicuréisme

Je suis heureux gratis !- Il est bon ici-bas

De faire, s’il se peut, son paradis, en cas

Que celui de là-haut soit une balançoire,

Comme il est, après tout, bien permis de le croire.

S’il en est un, tant mieux ! Ce n’est qu’au paradis

Que l’on pourrait aller, vivant comme je vis.

Je ne suis pas obèse, et je vais à merveille ;

Je ne quitte mon lit que lorsque je m’éveille ;

Je déjeune et je sors. Je parcours sans façon

Dessins, livres, journaux, autour de l’Odéon.

Puis je passe la Seine, en flânant, je regarde

Près d’un chien quelque aveugle à la voix nasillarde.

Je m’arrête, et je trouve un plaisir tout nouveau,

Contre l’angle d’une arche, à voir se briser l’eau,

A suivre en ses détours, balayé dans l’espace,

Le panache fumeux d’un remorqueur qui passe.

Et puis j’ai des jardins, comme le Luxembourg,

Où, si le cœur m’en dit, je m’en vais faire un tour.

Je possède un musée unique dans le monde,

Où je puis promener mon humeur vagabonde

De Memling à Rubens, de Phidias à Watteau,

Un musée où l’on trouve et du piètre et du beau,

Des naïfs, des mignards, des païens, des mystiques,

Et des bras renaissance à des torses antiques !

A la bibliothèque ensuite je me rends.

- C’est la plus belle au monde ! –Asseyons-nous. Je prends

Sainte-Beuve et Théo, Banville et Baudelaire,

Leconte, Heine, enfin, qu’aux plus grands je préfère.

« Ce bouffon de génie », a dit Schopenhauer,

Qui sanglote et sourit, mais d’un sourire amer !

Puis je reflâne encore devant chaque vitrine.

Bientôt la nuit descend ; tout Paris s’illumine ;

Et mon bonheur, enfin, est complet, si je vais

M’asseoir à ton parterre, ô Théâtre-Français.

 

Jules Laforgues, in Premiers Poèmes

 

 

 

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème proposé par Eglantine : Nourritures du corps, nourritures de l’esprit

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
<br /> Lumineux...Merci de toutes ces informations.<br /> Bises<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Florence, de votre venue ici. Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> un poème qui fait du bien dans les petits matins blêmes...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Que Jules connut aussi, lui qui mourut miné par la phtisie. A bientôt.<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> S'émerveiller, ouvrir grand la fenêtre du coeur, quel que soit le moment. Et puis entrevoir le rire de l'enfant sur la balançoire. Qu'importe si celle-ci semble vide parfois. Elle n'est plus<br /> balancier mais regard aimant. Anne<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Un regard prêt à toutes les rencontres avec l'Art et la Poésie. A bientôt, Anne.<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> Un poème bien agréable à lire d'un poète qui occupait agréablement ses journées et ses soirées, densément même !<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Il avait du temps à perdre... ou à gagner sa liberté. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> Quel plaisant personnage et quelle philosophie de la vie ! Si l'on y songe, avons nous vraiment besoin d'autre chose pour être heureux que de musarder dans le beau (Paris, pour suivre l'exemple<br /> ...) et de se cultiver. Je ne suis pas loin d'avoir fait les mêmes choix, même si, matérialisme oblige, il faut tout de même se frotter au monde en travaillant ... Très agréable article en tous les<br /> cas, merci Catheau<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Il m'a semblé, Valdy, que c'était un joli emploi du temps que celui du jeune Jules Laforgue. Pour ma part, le temps du travail est passé et je ne suis pas loin de vivre ainsi.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche