Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 18:45
La valse chaloupée 1906

 La Valse chaloupée (1906), Kees Van Dongen


Chiquita sentait la vanille

Et, quand parfois je la pinçais,

Elle disait tout bas : - Assez !

Mé prénez-vous por ouné fille ?

 

Je la croyais et la laissais.

Alors elle éclatait de rire

Ou, se remettant à danser

Comme ne l’eût pas fait la pire

Des gitanes, elle pressait

Son corps au mien et m’embrassait.

 

C’est dans la dernière partie de La Bohème et mon Cœur de Francis Carco, intitulée « Petite suite sentimentale », que l’on trouve cette suite de dix vers en octosyllabes, construite sur trois rimes. Dans la préface du recueil, Francis Carco évoque  ses « belles années disparues ».

Il se rappelle ses amis, « ce groupe de très jeunes gens de province, désœuvrés, collaborant aux publications d’avant-garde et n’aimant que la poésie ». Il se décrit «  avec cette cravate noire en forme de plastron, cette longue mèche de cheveux, ce regard trop sincère » et « comme un enfant qui […] n’avait d’amour que pour Clara d’Ellébeuse, Pomme d’Anis, et la provinciale Aloïda… »

Dans ce bref poème, j’aime la manière vive dont il brosse la silhouette d’une de ces filles, aux amours faciles ;  le souvenir de sa danse brille en lui comme une étincelle.

 

Pour les Jeudis en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème : badinages libres,

Proposé par Vert de Grisaille

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
merci pour vos articles
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Joe, de votre visite, qui m'a permis de découvrir vos pages. A bientôt.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Bonsoir Catheau,<br /> <br /> Poème à la façon des chansons et des illustrations d'époque. Une scène de vie, un personnage... Un vrai regard. Merci de ce partage avec quelques informations qui m'invitent à le redécouvrir.Suzâme<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Un poème juste dans sa brièveté. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> Bonjour Catheau,<br /> Je suis allée à l'exposition Van Dongen mais je n'ai pas souvenir de ce tableau que vous avez repêché -en chaloupe peut-être ?- pour illustrer ce poème de Carco. L'alliance des deux est un feu de<br /> joie !<br /> A bientôt<br /> Valdy<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Vous avez bien de la chance d'avoir vu cette exposition d'un peintre des femmes et que l'on redécouvre. Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Je ne connais pas cet auteur, merci de me le faire connaître. La photo illustre parfaitement le texte !<br /> Bonne journée<br /> Monelle<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Il aima Katherine Mansfield et fut un grand ami de Colette. Excusez du peu !<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Un langue chantante et joyeuse, qui donne envie de connaître Francis Carco et tous ces personnages cités.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> L'émotion du souvenir est atténuée par la fantaisie du poème. A bientôt, Alice, je l''espère.<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> Tu as raison... Je découvre et effectivement ces mots donnent envie d'en lire plus ! Bisous<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> La poésie de la bohème parisienne : un régal !<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Bonjour Catheau,<br /> <br /> Mariage réussi du peintre et de l'écrivain. Je les apprécie tous les deux.<br /> Ce poème est vif, gai, coloré et un brin mutin.Merci pour ce partage très enrichissant et distrayant<br /> <br /> Belle journée à vous Catheau<br /> Martine<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> C'est léger, en effet, comme le souvenir de la danse. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> Le plaisir de vous lire s'ajoute à celui d'apprendre quelque chose. Bonne journée, Catheau.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Noune. J'aime ce petit poème qui saisit l'instant sans prétention.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche