Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 07:25

  bloggif 4dedc5d46ebc4

L'Eveil de l'humanité ou Le Soldat blessé (1875-1876), Auguste Rodin ,

place Rodin, rue Adrien Hébrard, Paris XVI°

(Dimanche 05 juin 2011) 

 

 

   

Humain

Trop humain

Dans la ville

Inhumaine

 

Seul

Fragile

Exposé

Abandonné

Délaissé

Vulnérable

Et nu

 

Il attend

Désespérément

Que tombe

Du ciel

Vide

 

La fiente

Gris-blanc

Du pigeon

Porte-bonheur 

  

Nous sommes tous

Cet homme-là

 

 

 

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire,

Entre Ombre et Lumière,

Thème proposé par Françoise/ Soizig :

Gris-Gris, porte-bonheur et superstitions

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Bonjour Catheau<br /> Tu as une réponse des plus pertinantes à ce thème.<br /> Je ne sais si la fiente porte bonheur, mais elle ne se laisse pas oublier si elle coiffe les cheveux>.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Effectivement : j'ai failli titrer ce poème : "Né coiffé". Merci, Soizig, de votre visite amicale.<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> Les pigeons n'ont pas cette éducation qui leur permettrait de respecter Rodin et ses œuvres. J'espère que cela porte chance, ce serait moindre mal.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui, pour eux, la sculpture de Rodin n'est qu'un perchoir... Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> De la sculpture à la simplicité, un geste de plume qui évitera la fiente et préservera la beauté des lignes et de ce cheminement de notre pensée vers la profondeur. J'aime. A bientôt. Suzâme<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Une pensée vagabonde comme le pigeon voyageur. A bientôt, Suzâme.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> Mdrrrr)))...<br /> Bien traité le sujet !...Bravo.<br /> Bonne journée.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Bricabrocamoi, de votre visite. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Tes mots expriment parfaitement le symbole de cette sculpture !<br /> Bonne journée<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Une sculpture, aimée des pigeons. Merci, Monelle.<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> c ' est tout à fait l' impression qu' il donne<br /> un être meurtri<br /> bonne après midi<br /> éva<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Un être meurtri qui attend le bonheur... A bientôt.<br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> Bonsoir Catheau,<br /> Nous attendons ... espérons que le bonheur viendra !<br /> Une belle statue, dont je suis assez familière. Cette place est souvent plus riante malgré tout.<br /> Merci à vous, pour cette interprétation originale du thème, en photo et mots.<br /> Et des bises<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui, cette place est vivante avec l'animation du square tout proche, où l'on entend les ris et les cris des enfants. J'ai colorisé la photo en sépia afin de la rendre plus intemporelle. A<br /> bientôt.<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> cet homme ne semble pas respirer le bonheur<br /> avec ou sans fiente de pigeons<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Il est vrai qu'une de ses nombreuses appellations est Le Soldat blessé. Ceci explique cela. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> noun'attendons pas tous que la fiente du pigeon nous tombe dessus mais quelque part, nous sommes tous cet homme là car il est intemporel et son rêve éternel<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Il est vrai que, lorsque cela arrive, la réaction est souvent celle du dégoût. Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Fragilité exposée subissant les affres des intempéries et des déjections urbaines . Bises Dan<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Pauvres pigeons ostracisés ! Merci, Dan, de votre visite.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche