Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 09:47
 

chevreuil.jpg

 

 

Le soleil rouge et rond

Eblouissait mes yeux

Sur la route en cordon

En un saut hasardeux

Une zébrure brune

A griffé mon regard

Et bravant la Fortune

Un jeune chevrillard

A bondi vif-argent

Dessous les taillis verts

Pour vision me laissant

Son miroir (*) aux lisières

 

En quittant Erdeven,

sur la route vers Saint-Sauveur-Kerbihouarde,

6h 45 du matin

 

(*) Le miroir est l’arrière-train du chevreuil

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
La grâce suspendue le temps d'un battement de coeur. Magnifique en couleurs et en mots. Merci Catheau<br /> <br /> Bon weekend<br /> Martine
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Martine, pour ce commentaire à coeur battant. Les plaisirs de l'été m'éloignent un peu de votre blog mais je ne vous oublie pas !<br /> <br /> <br /> <br />
M
Juste un instant et cependant un bel échange, quelque chose de magique entre la femme et l'animal. Superbe!
Répondre
C
<br /> <br /> Une vélocité toute poétique. Merci, chère Mansfield, de votre fidélité.<br /> <br /> <br /> <br />
C
Un beau rythme bondissant pour ce poème du "chevrillard".<br /> J'ignorais ce sens du mot miroir... il réhabilite le "derrière", ce "bottom" voué au mépris.
Répondre
C
<br /> <br /> Un terme effectivement surprenant pour cet"obscur objet" du mépris, ainsi que vous le soulignez avec justesse. Je ne suis guère présente ces temsp-ci sur vos pages mais j'aime à les partager sur<br /> ma page FaceBook.<br /> <br /> <br /> <br />
D
Un beau cliché pris sur le vif ! , merci Catherine et te souhaite un bon week end ensoleillé en famille . Je vous embrasse bien ..
Répondre
C
<br /> <br /> C'était en quittant notre Bretagne... mais pas pour longtemps ! Heureuse de t'avoir entendue au fil.<br /> <br /> <br /> <br />
T
Bonjour Catheau. Comme le dit suzâme en quelque sorte, la nature tient toujours sa promesse ; nous émerveiller et nous surprendre. à bientôt, Tibicine
Répondre
C
<br /> <br /> Heureuse de vous lire, Tibicine. Je viendrai chez vous plus souvent.<br /> <br /> <br /> <br />
I
Bonjour,<br /> Je viens tout juste de visiter votre blog que je trouve très intéressant. Je le mettrai d'ailleurs en lien sur le mien.<br /> Ce poème est très joli et évoque une surprenante rencontre qui me rappelle un monde familier et sauvage que j'arpente parfois au hasard de mes balades.<br /> Cordialement,<br /> Isabelle
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Isabelle, de votre venue entre mes pages. J'ai pu ainsi découvrir votre blog dont la poésie me plaît. A bientôt pour des rencontres nouvelles.<br /> <br /> <br /> <br />
N
Un instantané saisi avec toute son atmosphère!
Répondre
C
<br /> <br /> Beauté d'une faune que l'on voudrait voir demeurer sauvage avec son parfum de liberté. <br /> <br /> <br /> <br />
S
Que la nature nous étonne encore! La regarder, c'était encore la vivre...
Répondre
C
<br /> <br /> Qui n'a pas vécu au moins une fois cet instantané toujours surprenant ? On ne s'en lasse pas!<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche