Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 18:01

  foujita le petit écolier en blouse noire 1918

Le petit écolier en blouse noire, 1918, Tsuguharu Foujita

 

 

Il est bien loin déjà le parfum de l’école

Des dictées annonées des leçons rabâchées

Des jours où l’on jouait aux billes à pigeon-vole

Le cœur empanaché

 

Il ne reviendra plus le ciel de la marelle

On sautait sur un pied les genoux écorchés

Les garçons et les filles en belle ribambelle

Le cœur amouraché

 

Il s’est enfui le temps de la petite enfance

Quand on jouait aux barres et puis à chat-perché

Dans les rires et les cris d’une douce innocence

Le cœur effarouché

 

Mais il roule en moi comme une ronde toupie

Qui tourne infiniment sans en être empêchée

Un petit écolier dont j’ai la nostalgie

Dans mon cœur écorché

 

 

Pour le Casse-Tête de la Semaine de Lajémy,

Thème : Chat-perché

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> J'aime beaucoup ta participation. Bravo.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merc, Sofya, de votre commentaire. A bientôt chez vous.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> J'aime beaucoup...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Marine, d'avoir tendu l'oreille ici.<br /> <br /> <br /> <br />
F
<br /> belle toile !<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Toute la mélancolie du petit écolier que nous fûmes. Merci de votre visite.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> Il reste toujours une part d'enfant en nous et heureusement parfois ça permet de rendre le reste plus doux.<br /> Un parfum bien loin mais des souvenirs toujours là<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> L'enfance, à l'origine de tout. Merci, Butterfly, d'en avoir humé le parfum.<br /> <br /> <br /> <br />
J
<br /> Tu nous ramènes si bien dans la nostalgie de ces années d'enfance. J'ai l'impression de les entendre dans la cour de récré... (j'ai habité longtemps près d'une école)<br /> Bises et belle semaine<br /> <br /> <br />
Répondre
J
<br /> Tu nous ramènes si bien dans la nostalgie de ces années d'enfance. J'ai l'impression de les entendre dans la cour de récré... (j'ai habité longtemps près d'une école)<br /> Bises et belle semaine<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci, Jeanne, de votre passage ici. Et à bientôt pour Le Défi de la Semaine, que vous avez proposé.<br /> <br /> <br /> <br />
N
<br /> De l'émotion à la lecture de ce poème, évocation des jeux innocentsde l'enfance et de ses émois plus graves.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> De l'insouciance à la gravité, de l'enfance à l'âge d'homme. Comme il est loin le paradis perdu ! Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
B
<br /> De tendres souvenirs, une pointe de nostalgie et nos passés ressurgissent à travers ce délicat poème.<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Etonnement que tout ait passé si vite ! Merci, Brunô.<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> Nostalgie nostalgie ...<br /> Je me reconnais si bien dans ton texte<br /> Bises egyptienne<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Heureuse que ce texte vous parle, sous le soleil d'Egypte. Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> bonsoir aprés une semaine de repos aprés mon agression je reviens doucement je te souhaite une bonne soirée<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Bon retour sur la toile après votre mésaventure, que vous relatez avec humour sur votre blog.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche