Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 07:00

 

    bloggif 4e2d34f76b1dd

                  Publicité pour le parfum Bellodgia de Caron

                               dans L'Illustration du 24 mai 1930

 

 

 

 

Quand tu seras partie

Quand tout sera fini

Quand tu seras perdue

Quand je serai rompu

Quand j'aurai oublié

Ton nom notre passé

Les traits de ton visage

L'amour et ses ravages

Me restera de toi

Qui fut ma joie ma croix

Ce fin parfum d'œillet

Au charme suranné

La vivante fragrance

Souffle de ta présence

Courant dessus ma peau

En troublant glissando

 

 

Pour la communauté  de Hauteclaire, Entre ombre et lumière,

Thème proposé par Denise : Affiches anciennes

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 08:18

bloggif 4e253179640e3

                 Collégiennes écoutant leur professeur

          lors d'une exhibition à Tamarama beach, Australie

                                  (Novembre 2008)

 

 

Quand elles seront bien vieilles

Les jeunes collégiennes

En uniforme gris

Groupées à la douzaine

Autour du sablier

Elles se rappelleront

Ce matin de novembre

Quand elles avaient quinze ans

Un coeur et corps ardents

Des rires triomphants

Mais le sable a coulé

Les années ont passé

Vide est le sablier

 

Novembre 2008, Tamarama beach, Australie

 

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire, Entre ombre et lumière,

Thème proposé par Murielle :

Quelque chose de petit reproduit en grand

 


Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 16:51

  bloggif 4e206802d53ee

                        Sur la dune d'Erdeven (Mai 2011)

 

Que j'aime

Quand tu poses

Frémissant virtuose

Ta main sur l'encolure

Des chevaux aux pâtures

Et que tes doigts écrasent

Les plantes des chemins

Libérant leur parfum

En surprenante extase

Et quand tu reconnais

Les oiseaux dans les haies

L'insecte minuscule

Sur son vert pédoncule

Et lorsque de profil

Tranquille et immobile

Tu contemples la mer

Aux vagues éphémères

 

Toi seul as su me dire

Le chant de l'oiseau-lyre

Le cri de la nature

Le vent dans la voilure

Des buissons et des arbres

Veinés comme des marbres

Toi seul m'as raconté

La lente création

La vive pulsation

Des êtres inconnus

Sous mes yeux apparus

Toi seul m'as déchiffré

Des feuilles et de l'écume

Du poil et de la plume

Les frissonnants secrets

 

Dimanche 10 juillet 2011

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 07:00

    bloggif 4e0092695e6b5

Harbour Bridge, Sydney (Novembre 2008)

 

 

 

 

 

C’était en novembre

Et c’était l’été

De l’autre côté

Au port de Sydney

 

C’était en novembre

Comme on était loin

Comme on était bien

Et je m’en souviens

 

C’était en novembre

Toi comme un mirage

Près du bastingage

Sur les blancs nuages

 

C’était en novembre

Tu me souriais

Et tu me disais

Combien tu m’aimais

 

C’était en novembre

Sur le pont de fer

Dans l’autre hémisphère

Mais c’était naguère

 

On est en novembre

Loin de cet été

Le pont a rouillé

Tu m’as oubliée

 

 

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire,

Entre Ombre et Lumière,

Thème du 28 juin 2011 : du ponton au viaduc : les ponts

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 06:51

  fenêtre ouverte blogg if

   La fenêtre ouverte à six heures du matin

 (Lundi 20 juin 2011)

 

 

 

L’aube est grise

J’ai ouvert le meneau

Une vague de vent

Une vibration de vie

Tremble sur le rideau

Trémulations et trilles

Cris et roucoulements

Chantonnant ouragan

Envahissent ma chambre

Assiègent mes oreilles

Pénètrent dans ma tête

S’insinuent dans mon sang

 

Je ne suis plus

Qu’un champ d’oiseaux

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 13:23

  Epouvantail

 

Je suis l’exclu le réprouvé

Vêtu de loques et de guenilles

Le rejeté le mal-aimé

Que le vent mord et déshabille

 

Je suis celui qui épouvante

Les doux oiseaux de la jeunesse

Une silhouette effrayante

Toute en rancœur et en tristesse

 

Sous mon rembourrage de paille

Mon vieil habit de croque-mort

Un cœur bat dans mon poitrail

Et sanglote malgré le sort

 

Ami qui passez près de moi

Ne vous fiez point à ma mine

Et à mes membres qui tournoient

C’est mon âme qu’on assassine

 

 

Texte écrit à l'intention de Suzâme, pour l'épouvantail de l'association C'est si bio, à Nanterre.

 

 http://suzame-ecriture.over-blog.com/article-monologue-de-l-epouvantail-76485075.html

http://www.jardinons-ensemble.org/spip.php?article725

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 15:13

indo mauricienne 2

Indo-Mauricienne à Port-Louis (Fin février 2010)

 

 

Le morne au loin là-bas dessine sa rondeur

Et le soleil accable les fins filaos verts

 

Il est midi à Port-Louis

 

Sous la guérite en tôle

La créole en sari

Au visage sévère

A posé son bouquet

Et entre ses deux jambes

Son paquet a glissé

De ses grands yeux pensifs

Perdus vers autrefois

Elle regarde au loin

Très loin vers l’intérieur

 

Les singes à Grand Bassin

Disputant les oranges

Les coupeuses en chapeau

Sabrant la canne à sucre

Son grand-père Tamoul

Qui traversa la mer

Jusqu’en Ile de France

Et elle entend les cris

Des esclaves marrons

Qui sautaient des falaises

Pour échapper aux chiens

 

Il est midi à Port-Louis

 

 

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire,

Entre Ombre et Lumière,

Thème proposé par Erato :

Le regard

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 07:00


suzanne-lenglen.jpg 

Suzanne Lenglen     

 

 

 

Sur les bords bleus du ciel

Là-bas près de la mer

Sur l'arène rouge et battue

D'une ville portuaire

Une femme au  geste vif

A relancé la balle

Une ellipse de clarté

Elevée vers le ciel pâle

 

Entre les nues et la terre

Le globe parfait est le lien

Et la joueuse déploie

En des gestes très certains

De beaux signes éphémères 

D'envolée et d'envergure

Gravant dans notre mémoire

Le souvenir d'une épure

 

Célérité et patience

Enthousiasme et élégance

Qualités d'un ancien jeu

Qui se joue comme une danse

La femme en son mouvement

Suit des yeux le soleil jaune

La vie est comme un terrain

Que l'on mesure à son aune

  

En un lieu géométrique

Ainsi vous m'apparaissez

Danseuse extraordinaire

Telle que toujours vous êtes

Et vous fûtes aux jours passés

Et le Temps se désespère

Il n'aura jamais de prise

Dessus vous ma svelte mère

Que la balle immortalise


 

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots, Nounedeb propose le thème de la balle (Juin et Roland-Garros obligent !). C'est ainsi que je publie de nouveau ce poème, écrit en août 1995, à l'occasion des 70 ans de ma mère. Grande joueuse de tennis devant l'Eternel, elle ne cessa de fouler la terre battue qu'à l'âge de 84 ans. Ce texte lui rend hommage.


 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 07:25

  bloggif 4dedc5d46ebc4

L'Eveil de l'humanité ou Le Soldat blessé (1875-1876), Auguste Rodin ,

place Rodin, rue Adrien Hébrard, Paris XVI°

(Dimanche 05 juin 2011) 

 

 

   

Humain

Trop humain

Dans la ville

Inhumaine

 

Seul

Fragile

Exposé

Abandonné

Délaissé

Vulnérable

Et nu

 

Il attend

Désespérément

Que tombe

Du ciel

Vide

 

La fiente

Gris-blanc

Du pigeon

Porte-bonheur 

  

Nous sommes tous

Cet homme-là

 

 

 

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire,

Entre Ombre et Lumière,

Thème proposé par Françoise/ Soizig :

Gris-Gris, porte-bonheur et superstitions

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 07:00

  paon-symbole de prospérité peinture-chinoise

 

 

Ô vous oiseaux d’Héra à la queue ocellée

Par les cents yeux d’Argus Celui qui voyait tout

Dédaigneux nonchalants lents et mystérieux

Bleus tueurs de serpents dont le venin irrigue

Votre roue-univers votre ciel étoilé

 

Sur un papier de riz je vous dessinerai

En de doux amoureux dessous l’Arbre de Vie

Et je vous offrirai à l’amie que j’attends

En signe de beauté et de prospérité

Tel un souhait d’amour et d’immortalité

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire,

Entre Ombre et Lumière,

Thème : la prospérité

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche