Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 21:59

 Martin-Schongauer-Vierge-au-buison-de-roses.jpg

La Vierge au Buisson de roses, Partie centrale du retable sur bois, Martin Schaungauer, 1473,

Eglise des Dominicains, Colmar

 

Il était venu d’Allemagne

Le beau Martin Schongauer

Lui le fils de l’orfèvre

Dont le burin si fin

Traçait les vierges folles

 

Comment se peut-il

Qu’en ses vingt-trois ans

De jeune peinture

Il peignit  si belle

La Vierge parfaite

Au Buisson de Roses

 

Sous le chœur voûté d’ogives

De l’église des Dominicains

L’unique rose sans épines

La rêvante au front haut

Tient son visage incliné

Les deux bras de son enfant

Agrippés à son cou

Ses longs cheveux spiralés

Roulent sur sa robe rouge

Comme ses lèvres closes et souriantes

 

Et deux anges aux ailes noires

A la robe aux reflets bleus

Portent la couronne de gloire

Sertie de pierres précieuses

Tu iras toi aussi me cueillir

Pour ton fils ô très sainte Vierge

 

Assise au gazon vert

Marie écoute à l’infini

Les doux anges musiciens

Le moineau pépiant de modestie

Le chant du rouge-gorge

Qui flambe la passion

 

Au-delà du banc de pierre

Eclate la roseraie

A la rose immaculée unique

Blancheur qui répond

Au tissu clair de l’Enfant pur

Et sur la claie de bois

Rougeoient les roses rouges

Rapportées de croisade

Par Thibaut de Champagne

 

Elle respire l’odorance des lys

Disant  le sacrifice

Et le sang des martyrs

Elle sait les tendres giroflées

Fleurs du crucifié

La puissante pivoine

Rose de Pentecôte

Qui soulage et qui soigne

 

Pour son petit enfant

Au crâne rayonnant

Tenu dans ses doigts ivoirins

Elle aimerait cueillir

Aux plis de son manteau

Les humbles fraises du jardin clos

La nourriture des enfants morts

 

Dimanche 1er janvier 2012, jour de la fête de Marie Mère de Dieu

 

-Martin Schongauer profil statue par Bartholdi 1860

 Profil de Martin Schaungauer, Statue de Bartholdi,

devant le musée Unterlinden à Colmar 

 

 


 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 10:29

 Ligne-muette-Frederic-Lucien-1960-Porcelaine-et-biscuit.JPG

Ligne muette, Frédérique Lucien, 2010, Porcelaine et biscuit,

Coproduction Manufacture Nationale de Sèvres et Galerie Jean Fournier, Paris

Musée des Beaux-Arts de Dunkerque

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

A tous ceux qui me liront

A voix haute ou à voix basse

A tous ceux qui laisseront

Leurs mots à travers l’espace

Que ma voix multipliée

Par l’écho et par les lèvres

Leur murmure Belle année !

En sourires et en fièvre

 

Pour mes lecteurs, samedi 31 décembre 2011

 

 


 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 09:44

Etretat-Moi-arche-et-aiguille.JPG 

Etretat, la falaise d'Aval : l'Arche et l'Aiguille

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

Je suis allée à Etretat un mercredi d’hiver

Il faisait froid il faisait clair le vent vibrait à mes oreilles

Je suis montée sur la falaise d’Amont dite aussi du Blanc-Trait

Que les vagues ont tranchée par caresse et morsure

Etretat moi falaise d'amont

Etretat, la falaise d'Amont

(Photo ex-libris.over-blog.com)

Là où pousse dru la fétuque grasse et verte inclinée sous le souffle

Là où des oiseaux marins tout noirs et palmés sont suspendus

Là où des mouettes dessinent leur danse maritime

Rythmée par leurs vifs criaillements sans fin

Etretat-moi-mouette.JPG

Mouettes nichant sur la falaise d'Amont à Etretat

(Photo ex-libris.over-blog.com)

Là où des vaches placides et blanches ruminent

Entre le clocher pointu de Notre-Dame de la Garde

Et le triangle blanc de Nungesser et Coli

Audacieux oiseaux qui voulaient traverser l’Atlantique

Etretat-moi-vaches.JPG

Etretat, vaches paissant entre L'Oiseau blanc et le clocher de Notre-Dame de la Garde

(Photo ex-libris.over-blog.com)

A mes pieds vacillants la falaise d’Aval cachant le Trou de l’Homme

L’arcade de silex éléphant et sa trompe aimés de Maupassant

Et l’aiguille élancée obélisque océane

Et les galets anciens roulant sous la chaussure

Etretat-moi-pin.JPG

Etretat, la falaise d'Aval, vue de la falaise d'Amont

Sur la mer et le ciel la craie était vivante

Matière minérale liquide transparente

Que Monet sut saisir plus de cinquante fois

Avec son regard sa main et ses pinceaux

Et surtout son désir

Sur la falaise d'Amont, à Etretat, Mercredi 28 décembre 2011


etretat Monet Plage et falaise d'aval

Plage et falaise d'Aval à Etretat, Claude Monet


 Etretat monet

Voiles à Etretat, Claude Monet

Etretat l'arche monet

L'Arche de la falaise d'Aval à Etretat, Claude Monet

 

 



Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 18:16

Oubli Phare

      Le port de Dunkerque et le phare, vus du Casino

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

La plage est toute grisaille

Mon cœur va la passacaille

Sur la digue longue et grise

Mes souvenirs se déguisent

Je vois les hautes maisons

Aux étages aux pignons

Qui dominent les terrasses

Sur la mer où tout s’efface

J’y cherche sans plus d’espoir

Les lieudits de mon histoire

Oubli façades

Du 96 au 104, Digue de mer

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

Je ne reconnais plus rien

Les murs ont été repeints

Les Pingouins Les Caravelles

Etaient-elles aussi belles

Que répondre à Quo Vadis

Tout passé est précipice

Les Algues où je suis née

A été débaptisée

C’était au soixante-deux

Chiffre d’un âge hasardeux

Marie-Jeanne du cent quatre

A perdu son nom de plâtre

De belles ombres y passent

Les miennes déjà s’effacent

oubli plage

La plage de Malo-les-Bains en décembre

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

Retrouverais-je un jour

Le goût du Cornet d’Amour

De ses glaces spiralées

A mon enfance en allée

En habit Petit Bateau

Rentrerais-je encore au

Bazar de la Providence

Le magasin d’abondance

Où les filets à crevettes

Voisinaient avec gaufrettes

Souvenirs en coquillage

Carambars de mon jeune âge

oubli-bel-horizon.JPG

Villa Bel Horizon

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

La mer a chassé le sable

Va-et-vient inéluctable

L’on ne pourra plus glisser

Dessus la pente inclinée

Jusqu’au sable qui picote

Les jambes et les menottes 

Les mouettes planent et pleurent

Le phare blanc est trompeur

Loin là-bas là-bas

Dans ses vagues de frimas

Eperdu vers la Belgique

L’oubli siffle sa musique

Digue de mer à Malo-les-Bains, vendredi 23 décembre 2011

 

Oubli fin

La plage de Malo-les-Bains ; au loin, Bray-Dunes et la Belgique

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

 

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 18:13

 Noël

Dans la cour de l'immeuble, onze jours avant l'hiver

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

Dans l’angle de la cour

Aux profondeurs de puits

Troué par les fenêtres

Père Noël tout rouge

Bonhomme de neige blanc

Sentinelles en plastique

Pour annoncer l’hiver

 

Paris, dimanche 11 décembre 2011

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire, Entre Ombre et Lumière,

Thème : Noël 

 


Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 14:18

 Yinko la poursuite

L'Amant couronné et La Poursuite,

Jardin d'amour, Installation de Yinko Shonibare,

3 avril-8 juillet 2007, Musée du Quai Branly

 

 

Dans le jardin de buis

Qui ressemble à la vie

L’amant cherche l’amante

Dans l’ombre verdoyante

 

Il avance à tâtons

L’amour est sa prison

Il va les yeux fermés

Sur d’inconnus tracés

Ses chemins sont impasses

Il a perdu sa trace

Tout son être s’égare

Au profond traquenard

La chambre de verdure

Est chambre de torture

 

Où est sa toute belle

Sur ce jeu de marelle

Qui le mène à l’enfer

Vers un ciel à l’envers ?

 

Pour Papier Libre de Juliette,

Thème : le labyrinthe

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 21:48

 

 Bassin.JPG

      Reflet dans le bassin du jardin, 

(Photo ex-libris.over-blog.com, Novembre 2012)

 

 

Le monde a basculé sous les verts nénuphars

Le toit est à l'envers sous l'eau divinatoire

Je me sens vaciller sur le bord du bassin

Aux confins bleus du ciel comme au bout d'un tremplin 

 

 

 

Pour la communauté de Hauteclaire, Entre Ombre et Lumière,

Thème : l'image dans l'image

 


Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 15:12


Maurice-Denis-Crepuscule-Musee-Bonnat-Bayonne.jpg

Crépuscule, Maurice Denis, Musée Bonnat, Bayonne

 

 

Dans le puits de la nuit

Quelque chose a pâli

Un pinceau incertain

Un blanc reflet sans tain

Le silence est un drap

Qui frôle nos corps las

Et l’on se sent flotter

Léviter à jamais

Dans les limbes du temps

Quand le jour hésitant

Tremble au fond de l’alcôve

Au beau falot de l’aube

 

 

Samedi 26 novembre 2011

Pour Papier Libre de Juliette

Thème : l’Aube

 


 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 21:58

BouquetBouquet d'anniversaire, trouvé devant mon portail

(photo ex-libris.over-blog.com)

 

 

Le vendredi onze novembre hier

J’ai fêté mon anniversaire

Le vendredi onze onze onze

Date qui ne reviendra onques

Avant un siècle ou bien cent ans

Comme c’est loin j’ai bien le temps

 

Onze onze onze ça affole

Millénaristes numérologues

Point de tombeaux tout grand ouverts

Et ni la porte des Enfers

Et dans les cieux nulle éclipse

Et pas non plus d’Apocalypse

 

Moi à onze heures onze

Le onze onze onze

Dans mon jardin j’ai recueilli

Les dernières roses épanies

 

Au pied de mon portail de bois

J’ai ramassé venant de toi

Un bouquet de lys et de roses

Qui ont embaumé toutes choses

 

Au téléphone tout près de moi

J’ai entendu de douces voix

Si lointaines et si familières

De la famille des amis chers

 

A la radio ils l’ont bien dit

Ils étaient tous en paradis

Ils étaient tous dessous la terre

Les combattants de la Grande Guerre

 

J’ai pensé à la saint Martin

Et au beau temps déjà lointain

Quand j’allais le soir dans les rues

Avec des lanternes ventrues

 

C’est un ami qui m’a offert

Ce beau présent que je préfère

Une lettre d’Henri de Régnier

L’admirateur de Mallarmé

 

Et dans la nuit vite venue

J’avais seulement un an de plus

Ce n’était pas une infortune

A la clarté de la pleine lune

 

Le 11 novembre 2011

 Pleine-lune-visible-a-99-.JPG

  Pleine lune visible à 99%, vendredi 11 novembre 2011

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

 


Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 23:01

  Mongoutte

Le cimetière allemand de Mongoutte à Sainte-Marie-aux-Mines

(Photo ex-libris.over-blog.com, mardi 08 novembre 2011)

 

 

En bas de la vallée la vie roule sans trêve son bruit de camions

Une écharpe de brume flotte dans l’air humide et doux

 

Au flanc de la montagne sous un tapis de feuilles blondes

Dorment mille cent soixante quinze soldats allemands

Et le baron Fitz-James de Berwick colonel de la garde impériale de Russie

 

Tous

 

Qui ne chargeront plus sabre au clair

Qui n'avanceront plus baillonnette au canon

Qui ne salueront plus au garde-à-vous

Qui ne marcheront plus au pas de l’oie

 

Soldats de guerres sans nom sauvages et meurtrières

Soldats de tous les grades Schütze Pioner Hauptmann

Julius Kantorowitz Jäger Karl Ochs Landsturmann

Que la mort a mêlés et confondus dans les ténèbres de l’humus


 Mongoutte 3

  Quatre croix de métal au cimetière allemand de Mongoutte à Sainte-Marie-aux-Mines

(Photo ex-libris.over-blog.com, mardi 08 novembre 2011)

 

Désormais

 

Ils gisent dans l'amitié tendre et ténue de la terre 

Ils respirent le vent dans les branches tendues et frémissantes

Ils prêtent l’oreille au murmure de l’eau sous le pont de pierre

Ils écoutent le cri des corneilles et des corbeaux au-dessus des prés

Ils tressaillent au son cristallin des cloches villageoises en contrebas

Ils remuent doucement parmi les plantes et les racines à la vie obstinée

Comme le dormeur dans ses draps fuyants et ondoyants

 

Savent-ils si leur casaque est bleue ou verte

Soupirent-ils pour l’Allemagne songent-ils à la France

Murmurent-ils Alsace appellent-ils Elsass

Leurs rêves sont-ils français ou bien sont-ils allemands

 

Maintenant

 

Je crois qu’ils n’en ont cure ceux-là qui dorment éternellement indifférents

Dans le compagnonnage serein et universel des morts

 

Au cimetière allemand de Mongoutte

Sainte-Marie-aux-Mines,

mardi 08 novembre 2011, 11h du matin

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche