Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 12:46

vendredi 19 août 2011 013

 Au bas de l'escalier, vendredi 19  août 2011

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

Au creux de l'escalier

Sages et bien rangées

En petite guirlande

Les pantoufles attendent

Avant de voltiger

Les elfes au pied léger

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 08:13

 1311414-Luis_Melendez_Nature_morte_aux_prunes_figues_pain_.jpg

Nature morte aux prunes, figues, pain et récipients, Luis Méléndez, XVIII° siècle,

Musée du Prado, Madrid

 

Pruniers en ligne

Dans l’été qui meurt

En meules de foin

Et vignes mûries

En haut de l’échelle

Les ongles noircis

La bouche odorante

Cueillette à l’envi

Des fruits violets

Les yeux dans les feuilles

Les senteurs d’écorce

Mille-et-un insectes

 

Des paniers tressés

Au bois de la table

Roulement des prunes

Collier qui se rompt

Un petit couteau

A la lame fine

Vive entaille aiguë

Jusqu’au cœur durci

Du noyau de bois

Glissant et sucré

 

Bassine de cuivre

Sur la flamme bleue

Reflets orangés

Sur mer améthyste

Geysers sirupeux

Et moutons d’écume

 

Alchimie du feu

Et transmutation

Rondeurs lie-de-vin

En sirop lilas

 

Géométrie calme

Des pots bien rangés

Sur les étagères

 

Tout ça pour des prunes !

 

Pour Papier Libre de Juliette,

Thème : Qui suis-je ? Un aspect de vous, dont vous avez envie de parler

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 07:09

 

Natoire - Adam et Eve chassés du Paradis terrestre1

Adam et Eve chassés du Paradis, Charles-Joseph Natoire, 1740

(The Metropolitan Museum of Art, New York)

 

 

Lorsque la Femme

Avide

Eut croqué la pomme

Les anges

Epouvantés

S’enfuirent loin

Adam

Affolé

Couvrit sa nudité

Dieu

Terrifié

Se voila la face

Et sur l’herbe

Roussie

Glissa

Soudain

Un silence rampant

 

Pour Papier Libre de Juliette,

Thème : un silence rampant

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 18:31

 Grillon-sur-la-pierre.JPG

L'ombre du grillon sur la poire en pierre

(Mars 2012, Photo ex-libris.over-blog.com)

 

Il ne chantera plus le grillon du foyer

Qu’on avait recueilli

Et qu’on avait nourri

 

Dans son vase de verre il était au soleil

Il bougeait doucement

Ses antennes en dormant

 

Il aimait bien le soir faire sa promenade

Sur nos doigts dépliés

Et nos bras allongés

 

Insecte du bonheur au caparaçon noir

Compagnon d’un hiver

Présence familière

 

Il ne chantera pas dans le lavandin bleu

Le grillon qu’on aimait

Et qui nous a quittés

 

Grillon-main-2.JPG

      La promenade du grillon

(Mars 2012, Photo ex-libris.over-blog.com)

 

 

Blog en Pause

 


 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 22:38

L-avaric-et-la-luxure-rodin-platre-en-bas-du-vantail-droit.jpg

 L'Avarice et la Luxure, Auguste Rodin (plâtre), 

Placé en bas du vantail droit de La porte de l'Enfer (vers 1889-1890)

 

 

Tapis persans

Au feu mourant

Cheveux défaits

Sur peau de lait

Pénombre pâle

Nacre et opale

Luxe et souillure

Blême luxure

 

Pour Papier Libre de Juliette,

Thème : une couleur pour un des sept péchés capitaux

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 14:56

 Portrait-of-Marcel-Proust-1892-m-j-e-blanche.jpg

Portrait de Proust par Jacques-Emile Blanche, 1892

 

Longtemps c’est vrai je me suis couchée de bonne heure

Perdue dans un gros livre au charme supérieur

En quête de ce temps aux couleurs d’opaline

Celui des madeleines et puis des aubépines

J’y rêvais de Balbec de Venise et de Parme

Et rencontrais Odette Du côté de chez Swann

 

A Balbec tout là-bas j’ai découvert la mer

L’amour fou d’une mère celui d’une grand-mère

J’ai aimé les trois arbres non loin d’Hudismesnil

Sous les chapeaux de paille les femmes étaient fragiles

J’ai deviné l’amour ses chagrins ses malheurs

Ses mouvances A l’ombre des jeunes filles en fleurs

 

Avecque Palamède Oriane et Basin

Qui descendaient de ceux que Saint-Simon  dépeint

De sa plume incisive j’ai fait la connaissance

D’une aristocratie fière arborant sa naissance

Salons impitoyables de comédiens qui mentent

Il était fascinant Le côté de Guermantes

 

On ne connaît jamais ceux que l’on veut aimer

On s’égare toujours sur leur identité

Et qu’il est douloureux ce cœur intermittent

Quand on aime Albertine et qu’on croit qu’elle vous ment

Indifférence amour tout est en désaccord

Dans ce monde interdit qu’est Sodome et Gomorrhe

 

La femme est un mystère on veut la retenir

Elle a beau être là près de vous qui respire

On sent soudain des ombres au son d’une sonate

Et son cœur se fait dur et froid comme une agate

L’amour est un poison il n’y a rien à faire

Albertine refuse d’être La prisonnière

 

Françoise a eu beau dire a fui la sensitive

Qui était cette femme devenue Fugitive

Qui aimait tant pourtant la chambre au pianola

Avec qui l’on faisait le si doux catleya

L’amour est un puzzle aux éléments perdus

Gilberte aurait pu être Albertine disparue

 

Longtemps je me suis couchée de bonne heure

Perdue dans un gros livre au charme supérieur

En quête de ce temps dont je n’oublierai pas

Elstir et Bergotte Vinteuil et La Berma

J’y ai appris le monde et je sais désormais

Que l’écriture enfin c’est Le temps retrouvé.

 

Pour le défi-poésie de Marc Lefrançois 

Il s’agit d’écrire une petite poésie sur La recherche du temps perdu. En fait, il n’est pas nécessaire d’avoir lu l’œuvre, et si l’on veut on peut en trouver facilement des résumés. La difficulté étant de placer dans chaque strophe un des 7 titres composant son œuvre.

Ainsi :

Du côté de chez Swann

A l’ombre des jeunes filles en fleurs

Le côté de Guermantes

Sodome et Gomorrhe

La prisonnière

Albertine disparue

Le temps retrouvé

 

Je sais qu’il y a des défis où il s’agit de composer un texte en intégrant un certain nombre de mots imposés. C’est le même esprit, mais plus corsé puisqu’il faut les placer dans l’ordre, faire des rimes et si possible retrouver l’esprit de ce roman fleuve qu’est A la recherche du temps perdu.

Bon courage à ceux qui veulent jouer le jeu !!!

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 10:12

 

grands-parents-enfants-tet.jpg

Grands-parents et petits-enfants lors de la fête du Têt

(Iconographie : Blog de Phong Tuc Tâp Quàn)

 

 

Dans l’élégante et tendre

Porcelaine de Chine

Aux transparences lisses

Venue des lointains Ming

Dans l’éclatement jaune

Des fleurs de forsythia

Promesses du printemps

Les lî xì or et rouge

Dévoilent les étrennes

Du Nouvel An lunaire

 

Sur la table de fête

Fécondité du Têt

Les bánh tét tout ronds

Aux graines de mungo

Tout verts du bananier

Le tét khro bruni

Du porc au caramel

Et des oeufs mijotés

Au nuóc măm marin

Les cinq fruits savoureux

Les cinq vœux  éternels

 

Sous les yeux des ancêtres

Souriants dans leurs cadres

Dans leur soie rose et bleue

Aux fins boutons de perle

Sur leurs pantalons blancs

Moi je me souviendrai

De deux petits-enfants

Hésitants et timides

Remerciant leurs aïeux

Tout en leur souhaitant

Pour Nhâm Thìn qui vient

L’an du Dragon de terre

Phúc lôc tho le bonheur

Et la prospérité

Et la longévité

 

Samedi 28 janvier 2012, pendant la semaine du Têt viêt-namien,

Dans la 9e année des 10 troncs célestes, la 5e des 12 rameaux terrestres

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 14:53

  mascaret-ste-barbe.jpg

 Surfeur à Sainte-Barbe, Morbihan,

(Photo photos-sessions.fr)

 

 

Je voudrais que la vague australienne et bleue

Déroulant son plancton sous tes pieds de surfeur

Rebrousse son chemin en un long mascaret

Et s'en aille mourir aux rivages bretons

M'apportant ton image élevée dans le vent

 

Ondoyante et légère sereine et maternelle

Elle serait cette eau qui déposa Moïse

Près de la Pharaonne

 

 

Pour l'anniversaire de mon fils, si loin aux antipodes,

Dimanche 15 janvier 2012  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 11:13

Rou 

(Photo ex-libris.over-blog.com)

 

 

Hier soir à minuit

On a poussé le grand portail

Le jardin était clair

Un petit matin pâle

L’eau verte reposait

En sereins reflets clairs

La pierre était tranquille

Sous les grands cyprès fins

On pouvait compter un à un

Les cailloux du gravier

Brillants comme l’ivoire

Séléné à son plein

Déchirant les nuages

Distillait sa blancheur

Sur les hauts murs de tuf

Maquillés de céruse

Etrange sensation

A travers un drap blanc

A l’envers de l’éclipse

Où le jour se fait nuit

Quand mystérieusement

La nuit se change en jour

 

Rou, samedi 07janvier 2012, en rentrant à minuit

 


 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 15:52

 whistlerw. mère et fille

Mère et fille, La Perle, Whistler, 1880-1890, Pastel sur papier gris-brun,

Freer Galery of Art, Washington

 

 

Toi

Tu étais avec moi quand nous sommes entrées

Dans la caldera profonde et bleue

De Santorin

Un même vent emmêlait nos cheveux

Sous le portique carré de Diane

A Naxos

Le prêtre en robe orange dessina le même œil

Sur nos deux fronts ouverts

A Grand Bassin

Ensemble nous étions avec les petits ânes

Dans l’odeur du dictame

Sur les sentiers de Crète

Nos sourires se ressemblent sur les flancs rocailleux

Les chemins volcaniques

Au majestueux Teide

Et nous voudrions tant de nouveau suivre au loin

Les lentes processions fleuries

De Bâli

 

Toi

Ma fille aux cheveux longs et fins

Coiffés comme les miens

Qui dores comme moi dès que le soleil vient

A la voix si semblable au creux du téléphone

Toi

A qui j’ai donné le tendre nom de celle

Qui sut baiser les lèvres du lépreux

Nommé Pierre de Craon

Jeune fille Violaine

Toi

Que j’ai tant voulue telle que tu me vins

Petite boule ronde à la frange au carré

Et silhouette svelte courant dans le jardin

Cette petite fille qui contemplait le monde

De ses yeux émouvants

Fragile adolescente en rose justaucorps

Aux gracieux mouvements

Et je me souviens bien de cette robe bleue

Cette première fois où tu allas danser

Et de la toge noire avec son rabat blanc

Et ses trente-trois boutons

L’après-midi d’été où tu prêtas serment

 

Je n’oublierai jamais cette nuit de janvier

La nuit dorée des mages adorant le Sauveur

Où ta petite main aura serré la mienne

A l'orée de ta vie

M’emmenant avec toi pour un si beau voyage

 

Vendredi 06 janvier 2012, pour l'anniversaire de ma fille

 

 

 

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche