Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 13:50

  hecate

 

J’ai entendu des aboiements

C’était Hécate et ses grands chiens

Qui s’en venaient sur le chemin

 

J’ai attendu au carrefour

Il faisait froid de désespoir

Son flambeau tremblait dans le noir

 

J’ai  aperçu son blanc visage

Et ses mains comme des serpents

La tiare en forme de croissant

 

J’ai hurlé un cri inaudible

Elle ne m’a pas regardée

Sauvagement elle est passée

 

J’ai appelé dans la nuit sombre

Elle avait rejoint Séléné

Loin dans le creux des peupliers

 

J’ai rêvé la nuit des sorcières

Porte béante des Enfers

La lune ne s’est pas levée

 

  hecate-William blake

Hécate, William Blake, vers 1795

 

 

 

Jeudi 09 septembre 2010

 

 

 

 

Pour papierlibre.over-blog.net

Thème : C’était par une nuit où la lune ne s’est pas levée

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Papier Libre
commenter cet article

commentaires

Catheau 12/09/2010 11:05


Merci de vos commentaires. Hécate ou le visage noir de la Lune... Il faut lire Hécate de Pierre Jean Jouve, où l'héroïne Fanny Felicitas se présente comme un avatar maléfique de la déesse.


les-jardins-d-aralf.over-blog.fr 12/09/2010 10:40


Très belle histoire; la mythologie est une source intarissable d'inspiration !
Cordialement
Aralf


Alice 11/09/2010 15:21


Une belle évocation de la déesse pour ce thème, un personnage bien complexe !


reinette 10/09/2010 17:48


cauchemar qu'on n'aimerait pas faire mais qu'il est beau à lire.
amitiés


Nounedeb 10/09/2010 10:21


En lisant, j'avais la vision d'une toile de Jérôme Bosch. Mais je me rends à l'évidence de William Blaque.


Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche