Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 16:59

Virginia-woolf.jpg

 Virginia Woolf at Monks House

(Photo Virginia Woolf Society of Great Britain)

 

Sous la table parmi les jouets de l'enfance

Tout en haut de la cime d'un arbre balancé

Au fond d'une cabane aux planches déclouées

Dans le grenier poussiéreux d'un poète disparu

Sur une petite île verte au milieu d'un lac bleu

Au sommet d'un phare blanc secoué par les vents

Dans la plus haute tour aux pages ivoirines

 

Lieu de solitude et de plénitude

Havre de naissance et de reconnaissance

Retrait d'évasion et de création

Buen retiro intime et serein

 

Une chambre à soi !

 

En réponse au textoésie de Suzâme reçu le 1er octobre 2012 à 16h 24,

textoésie envoyé le 02 octobre à 9h 42

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Textoésie
commenter cet article

commentaires

Carole 11/10/2012 22:20

J'avais déjà lu le poème sur le site Poévie. Virginia ne l'aurait pas renié.
Une chambre à soie ?

Catheau 16/10/2012 09:55



Pauvre Virginia qui avait demandé qu'on la laisse "telle une enfant qui avancerait pieds nus dans une rivière froide, descendre le cours d'eau encore une fois". La rivière et les poches pleines
de pierre, son ultime "chambre à soi"... Merci, Carole, de votre commentaire.



Martine 06/10/2012 07:31

La grotte, la bulle intime, un refuge où danse tout un univers
Bonjour Catheau. Me voici de retour ;)
Amitiés
Martine

Catheau 16/10/2012 09:46



Je suis de retour moi aussi, après une absence de près de trois semaines qui m'a tenue éloignée de la toile. Je m'en vais aller vous  faire un petit salut.



duriez 04/10/2012 17:05

Oui c'est un endroit propice à la méditation ! . Bien beau poème merci Cathy !

Catheau 16/10/2012 09:45



Rentrée hier, je ne lis mes commentaires qu'aujourd'hui. Je te téléphone dès que je le peux.



Marc 04/10/2012 11:05

Texte émouvant et belle photo, mais tout de même assez triste... On comprend à la voir combien Virginia Woolf était dépressive...

Catheau 16/10/2012 09:44



"Etrangère à elle-même", disait le titre du Magazine littéraire d'avril 2012 qui lui était consacré. J'en ai aimé l'interprétaion de Kidmann dans The Hours, que vous avez dû
voir.



mansfield 03/10/2012 17:22

Un lieu de rêve et d'introspection, propice à la création!

Catheau 16/10/2012 09:41



Nous y aspirons toutes ! Vos pages le prouvent. Amitiés.



Nounedeb 03/10/2012 12:54

Pourquoi pensé-je ici à Emily Dickinson?

Catheau 16/10/2012 09:38



Le "blameless mystery" de la dame en blanc, recluse à Amherst. J'aime votre rapprochement tellement juste.



flipperine 02/10/2012 23:04

comme on est heureux quand on peut avoir une chambre à soi

Catheau 16/10/2012 09:31



Cela est, hélas, bien trop souvent un rêve dans les villes tentaculaires.



Suzâme 02/10/2012 18:54

Un lieu, au fond des yeux, pour une âme qui voit. La poésie nous ouvre et nous replie sans cesse. Une chambre à soi, un endroit pour poser plume, constant pour les retrouvailles entre vers et
silence...

Catheau 12/10/2012 21:50



Grâce à notre rencontre parisienne, Suzâme, j'ai eu la chance d'approcher un peu cet espace secret qui est le vôtre. A bientôt pour d'autres échanges.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche