Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 22:10

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 001

La nef à vaisseau unique de Saint-Nicolas-et-Saint-Marc de Ville d'Avray

 

Le samedi 29 juin 2013, à l'occasion du baptême de notre petite-fille Gabrielle, nous avons découvert l'église paroissiale de Ville d'Avray, Saint-Nicolas-et-Saint-Marc. On ne se doute pas que derrière cette architecture extérieure néo-classique très sobre dans sa blancheur, au-delà de son porche encadré de lignes de refends et surmonté d'un fronton Louis XVI, sous son clocher carré peu élevé, se cachent des oeuvres d'art exécutées par des artistes amoureux de cet endroit des Hauts-de-Seine.

On notera que c'est, avec Courbevoie, une des rares églises édifiée (ou plutôt ici réédifiée) pendant la Révolution. Elle porte d'ailleurs dans son nom la trace de son histoire. Elle a en effet succédé à l'église Saint-Nicolas (XII°-XIV° siècles), située au coeur de l'ancien village de Ville d'Avray, sur la colline dite du Monastère. Devant son délabrement, c'est le baron Marc-Antoine Thierry, seigneur de Ville d'Avray, intendant général du Garde-Meuble de la Couronne, qui décida de construire une nouvelle église en 1788, avec l'aide du Roi. Pour ce faire, il s'entoura de l'entrepreneur des Bâtiments du Roi, Jacques Marquet, et de l'architecte royal Charles-François Darnaudin, créateur de l'hôpital civil de Versailles. En hommage à Marc-Antoine Thierry, la nouvelle église prit ainsi le second vocable de Saint-Marc.

La première pierre en fut posée le 11 juillet 1789. Par la suite, le curé de l'époque, l'abbé Dugarry, ayant refusé de prêter serment à la Constitution Civile du clergé, il se vit remplacé par un prêtre assermenté. Elle sera ainsi consacrée en 1791 par un prêtre constitutionnel. La même année, les vases sacrés de la paroisse sont vendus ; en 1793, elle devient temple de la Raison. Elle ne sera rendu au culte catholique qu'en 1795, dans un état très dégradé. En 1803, après restauration, on installe dans le clocher les cloches de l'église de Marnes-la-Coquette, détruite quant à elle en 1793. Saint-Nicolas-et-Saint-Marc fera l'objet d'une autre réfection par Poirot en 1830. D'autres travaux entre 1971 et 1993 lui redonneront son lustre et sa beauté.

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 042  Le père Klasen devant La Descente de Croix

Quand on entre dans cette église en forme de croix latine et à vaisseau unique, on est surpris par l'équilibre et l'harmonie qui s'en dégagent. La voûte est ornementée de caissons sculptés que l'on retrouve aussi sur la coupole aplatie au-dessus de la  croisée du transept. Le regard est attiré par un retable  XIX° de belle facture, de Félix Cassel, représentant La Descente de Croix. Cette toile fut offerte à l'église par le gouvernement de Louis-Philippe. Le transept peu saillant est occupé par deux chapelles latérales tandis que le choeur hémi-circulaire est surmonté d'une voûte en cul-de four ornée d'une fresque aux couleurs vives, dédiée à saint Nicolas. L'ensemble séduit par l'homogénéité des sculptures et la symétrie des vitraux, celles-ci contribuant à créer une beauté classique, toute faite de sérénité et d'équilibre. 

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 007

Le Baptême du Christ, François Rude

Mais ce qui retient surtout l'attention, ce sont les oeuvres des artistes qui séjournèrent et aimèrent Ville d'Avray. On remarque ainsi plusieurs sculptures du sculpteur Jean-Jacques Pradier, dit James Pradier (1792-1852) qu'appréciait particulièrement Louis-Philippe. L'artiste, ayant acheté une maison à Ville d'Avray en 1830, offrit à l'église certaines de ses réalisations. Ainsi, en 1840, il lui fait don de trois modèles en plâtre. Le Mariage de la Vierge, dont l'original est dans l'église de La Madeleine, est situé à droite de l'entrée du choeur en absideLa Vierge en prière, dont le marbre est dans la cathédrale d'Avignon, est placée à droite de l'entrée du transept ; la statue de saint Louis (1849), enfin, qui orne la place Saint-Louis à Aigues-Mortes, se trouve près de l'entrée sur la droite.

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 014

 Saint Louis, James Pradier

François Rude (1774-1855) offre quant à lui le grand plâtre du Baptême du Christ (Musée du Louvre), réalisé entre 1835 et 1841, dont on remarque la puissance. Il est situé à gauche de l'entrée du choeur. L'original est aussi à l'église de La Madeleine.

D'autres sculptures encore, très XIX°, je dirais, sans rien pourtant de trop saint-sulpicien : de Francisque-Joseph Duret, un serein et majestueux Christ ressuscité ; d'Antonin-Marie Moine, un Ange tenant un encensoir (côté nord de la nef) et un Ange portant un calice (première moitié du XIX°) ; L'Enfant et son Ange gardien d'un artiste inconnu.

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 006

 Le Mariage de la Vierge, James Pradier 

Enfin, on sait que le peintre Corot (1796-1875) avait fait de Ville d'Avray sa petite terre d'élection : il y peignit en effet plus de deux cents toiles ! En 1856, Pour les transepts de l'église, il réalisa quatre fresques à l'huile, directement sur le mur des croisillons nord (Adam et Eve chassés du Paradis et Marie-Madeleine au désert) et sud (Le Baptême du Christ et le Christ au jardin des Oliviers).

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 057Adam et Eve chassés du Paradis, Corot

Sur le mur sud de la nef, on remarque aussi Saint Jérôme au désert. Cette toile a pour décor un paysage de rochers et de végétation représentatif de son style, dans une gamme restreinte de couleurs. Au premier plan, le saint ermite est en extase, agenouillé sur un pierre plate, où l'on voit une Bible et un crucifix. Derrière lui repose le lion, typique de son iconographie. Le corps du saint présente un aspect livide et violacé. Corot racontait qu'il n'avait pas les moyens de chauffer son atelier et que son modèle était mort quinze jours après avoir posé !

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 003

Saint Jérôme au désert, Corot

Saint-Nicolas-et-Saint-Marc recèle encore d'autres toiles, de Jules Richomme (1818-1903) notamment. A gauche, au-dessus de la porte de l'escalier de la tribune, on remarque L'Entrée du Christ à Jérusalem. A droite, surmontant la chapelle des fonts baptismaux, une toile représente Le Christ portant sa croix. Le Repos de La Sainte Famille pendant la fuite en Egypte prend place dans le transept droit, au-dessus de la porte. Enfin, la toile de Saint Nicolas apparaissant à des marins battus par la tempête est située dans le transept gauche au-dessus de l'autel.

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 004

 Le Christ en croix

Parmi les autres toiles de Auguste Hesse (Le Christ insulté par ses bourreaux, deuxième quart du XIX°), de Romain Cazes (Le Christ au désert adoré par des anges, milieu XIX°), j'ai beaucoup aimé un Christ en croix du XVIII°, en trompe-l'oeil, et surtout une charmante Vierge à l'Enfant du XVI°.

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 010

Vierge à l'Enfant

J'aimerais ajouter que c'est le père Klasen qui a célébré le baptême de Gabrielle et d'une autre petite fille du nom de Noémie, d'origine libanaise. Avant de pénétrer dans l'église, au moment de l'accueil, le célébrant nous a expliqué avec clarté le sens du mot "station" dans la liturgie et il a insisté sur la nécessité d' "une Eglise debout".

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 011

Le Couronnement de la Vierge (Vitrail offert par la famille Fournier)

Dans la douce lumière de cette église, créée par de superbes vitraux, offerts par la famille Fournier en 1886 (Le Couronnement de la Vierge (croisillon nord) et La Sainte Famille (croisillon sud),  notre petite-fille, sous le signe de l'Eau et du Saint-Chrême, a reçu le baptême. Celle qui est née dans la lointaine Australie, dont les grands-pères maternel et paternel viennent de l'au-delà  de la Méditerranée, est entrée dans la vaste communauté des chrétiens, en compagnie d'une autre enfant, dont les racines sont au Pays des Cèdres.  Un beau symbole de l'universalité de l'Eglise que cette rencontre baptismale  à Saint-Nicolas-et-Saint-Marc, dans une  église aimée et embellie par des artistes.

Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 055

 Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 008Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 056Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 009Baptême de Gabrielle et Erdeven avec C et D 017

 

Sources :

www.patrimoine-histoire.fr

www.fr.topic-topos.com

www.wikipedia.org

www.culture.gouv

www.paroissevda.over-blog.com

Crédit photos : ex-libris.over-blog.com

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Promenades
commenter cet article

commentaires

Martine 27/02/2015 06:02

Quelle richesse!
Une autre découverte en votre charmante et studieuse compagnie
;)

Catheau 08/03/2015 11:35

Une halte spirituelle, artistique et familiale que je n'oublierai pas.

almanito 06/03/2014 23:12

Votre billet me touche particulièrement, j'ai passé une grande partie de ma jeunesse à Ville d'Avray, petit écrin de verdure et de paix si proche de Paris. J'ai vu cette église paisible et
réconfortante pour la dernière fois le jour des obsèques de ma mère, avant de quitter définitivement la région.
Moment d'émotion, merci d'en parler si bien. Je pense que votre petite Gabrielle y sera heureuse.

Catheau 09/03/2014 18:40



Merci, Almanito, de votre commentaire amical. C'est une église accueillante en effet. Quant à Gabrielle, née à Sydney, baptisée à Ville-d'Avray, elle vit maintenant à Singapour, hélas, loin de sa
grand-mère ! Amicalement.



ChristianeD 18/07/2013 11:46

Article très intéressant , merci Cathy . La foule apporte le chaos qui est
inévitable mais il faut sortir sur la plage très tôt pour l' éviter . À très
bientôt et bonne semaine ! ..

Catheau 20/07/2013 12:31



Où que l'on aille, il y a toujours de belles découvertes ! Ici, canicule bretonne  mais qui s'en plaindrait ?



Carole 18/07/2013 01:21

Une belle "station", ce texte, sur le chemin de méditation.

Catheau 20/07/2013 12:30



Merci, Carole, pour ce commentaire, en phase avec ce que j'ai souhaité partager.



mansfield 17/07/2013 21:36

Des lieux prodigieux marqués par l'histoire: qu'il fait bon se sentir entouré d'un passé artistique et riche, où ont fourmillé idées et créations, et de trouver aussi une forme de paix propice à la
réflexion, que l'on soit croyant ou pas. Merci Catheau, voilà pourquoi j'adore les églises.

Catheau 20/07/2013 12:29



Il est vrai que faire une halte dans une église est toujours un moment qui invite à la méditation.



domsaum 17/07/2013 09:48

merci pour cet émouvant partage et pour la visite de cette église.

Catheau 20/07/2013 12:27



Une belle cérémonie dans une église dont le cadre est propice. Figure-toi qu'un des deux diacres de cette paroisse est Yann Bouchard !



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche