Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 08:13

 1311414-Luis_Melendez_Nature_morte_aux_prunes_figues_pain_.jpg

Nature morte aux prunes, figues, pain et récipients, Luis Méléndez, XVIII° siècle,

Musée du Prado, Madrid

 

Pruniers en ligne

Dans l’été qui meurt

En meules de foin

Et vignes mûries

En haut de l’échelle

Les ongles noircis

La bouche odorante

Cueillette à l’envi

Des fruits violets

Les yeux dans les feuilles

Les senteurs d’écorce

Mille-et-un insectes

 

Des paniers tressés

Au bois de la table

Roulement des prunes

Collier qui se rompt

Un petit couteau

A la lame fine

Vive entaille aiguë

Jusqu’au cœur durci

Du noyau de bois

Glissant et sucré

 

Bassine de cuivre

Sur la flamme bleue

Reflets orangés

Sur mer améthyste

Geysers sirupeux

Et moutons d’écume

 

Alchimie du feu

Et transmutation

Rondeurs lie-de-vin

En sirop lilas

 

Géométrie calme

Des pots bien rangés

Sur les étagères

 

Tout ça pour des prunes !

 

Pour Papier Libre de Juliette,

Thème : Qui suis-je ? Un aspect de vous, dont vous avez envie de parler

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

Alice 15/04/2012 14:22

Ces confitures de prune décrites avec beaucoup de charme, tu nous donnes envie d'en goûter !

Catheau 25/04/2012 22:44



La gourmandise est-elle un défaut ? Je ne le crois pas, chère Alice !



valdy 14/04/2012 21:01

Une fusion avec la nature et en même temps, la capacité -toute humaine- de transformer celle-ci,
Du mystère, rien que du mystère :))
Passez une belle soirée Catheau,
Valdy

Catheau 25/04/2012 22:42



Merci, Valdy, pour ce joli commentaire.



Suzâme 12/04/2012 14:07

Dérive d'un instant:
Je suis comme l'enfant que j'ai été, sous cette table comblée de pots de prunes. Le bonheur sent si bon!...
Je désire emporter sans me montrer tous les parfums de ce printemps gourmand, gourmet, impatiente que la magicienne soit charmée ou agacée par une présence furtive à l'extérieur de sa cuisine. Me
souviendrais-je de ces trésors que je ne pourrais jamais goûter? Je garde en moi sa poésie...A bientôt. Suzâme

Catheau 25/04/2012 22:31



Des effluves sucrés qui sentent l'enfance et la gourmandise. Merci, Suzâme, pour vos commentaires toujours personnalisés et sensibles.



Malika 11/04/2012 15:46

Cette nature morte est superbe.

Catheau 25/04/2012 22:26



Comme vous, Malika, je la trouve particulièrement harmonieuse et "naturelle".



Carole Chollet-Buisson 11/04/2012 14:31

C'est vrai que la fabrication des confitures est un véritable travail d'alchimiste.
Tu en as, en tout cas, extrait ici la quintessence.
Carole

Catheau 25/04/2012 22:25



Souvenir d'un temps et d'une petite maison de la Vallée où, dans le jardin, s'alignait un long rang de pruniers.  J'aimais y faire des confitures.



Martine 11/04/2012 13:17

Pas pour des prunes car j'ai apprécié cette jolie lecture parfumée
:)

Catheau 25/04/2012 22:23



Je suis heureuse de vous avoir mis l'eau à la bouche. A bientôt chez vous.



Marc Lefrançois 11/04/2012 09:57

Pas pour des prunes car ça m'a donné faim!

Catheau 25/04/2012 22:22



Je reconnais l'hédoniste en vous, cher Marc.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche