Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 22:49

 la-grande-vague-1831

La grande vague, Hokusaï, 1831

 

Ce que j’aime avec Raphaël Enthoven, c’est qu’il nous invite à philosopher sur tout. C’est ainsi que dimanche 20 novembre 2011, lors de son émission Philosophie, sur Arte, à 13h30, il recevait Frédéric Schiffter, qui a évoqué son dernier ouvrage, Petite philosophie du surf. Selon lui, le surf évoque l'essence dramatique de l'existence.

Dès que la vague émerge, se forme une lame : on songe au vague à l’âme… Car qu’est-ce qu’avoir le pied marin ? Qu’est-ce que cet équilibre sur la vague ? Celui d’un homme libre, l’homme de Baudelaire, qui éprouve le spleen en regardant la mer. On agit en regardant et on parlera alors de contempla-c-tion.

Entre l’homme et la vague, il s’agit d’un combat loyal. Si l’on regarde le célèbre tableau d’Hokusaï, qui appartient à l’une des Trente-six vues du mont Fuji, on perçoit une menace suspendue. On éprouve le sentiment d’être face à un élément indifférent à notre existence. Nietzsche ne disait-il pas : « Le monde n’est pas là pour nous faire plaisir » ? On est ici aux prises avec le tableau d’une angoisse et l’on pourra songer à la fin de Moby Dick : après le naufrage du Peckwood, l’eau continue à rouler comme il y a cinq mille ans.

Le surf maintient l’homme sur l’écume des choses. Et de nouveau Nietzsche le dit  : l’homme est un « être superficiel par profondeur ». Le glissement sur la vague, c’est la dialectique de l’horizontalité et de la verticalité. Il s’agit de demeurer vertical soi-même. Si l’écume submerge, c’est fini. On pourra dire adieu à tout mais l’on aura vécu une belle aventure.

Si le pêcheur va sur la mer par besoin, le surfeur y va par défi et par jeu. Puis son désir devient besoin et nécessité. Il n’y a rien de plus sérieux que le désir du surfeur. Et ce dernier expérimente la métaphore de Blaise Pascal : « Nous sommes tous embarqués. » Il se retrouve dans l’impossibilité de choisir. Dans l’élément marin, il n’y a plus de choix : il faut prendre la vague.

Le Christ marchant sur les eaux peut être considéré comme le père des surfeurs. Mais quand on est Dieu, y-a-t-il grand mérite à cela ? Le Christ marche sur les eaux d’un calme lac et non sur la vague d’un mascaret. N’est-il pas plutôt alors un surfeur d’eau douce ? Marcher sur l’eau relève d’un projet prométhéen, celui de soumettre la nature à sa propre puissance.

Le surf est d’une autre nature : c’est une danse funèbre. La houle roule et il s’agit d’accueillir les vagues qui vont mourir jusqu’au rivage. Rituel sacré que l’on pratique dans le but qu’elles puissent revenir. Ici, on ne contrarie pas l’ordre de la nature mais on cherche bien plutôt à l’épouser.

Belinda baggs Ph Adam Kobayashi

Belinda Baggs (Photo Adam Kobayashi)

Une autre figure du surf est celle de Belinda Baggs. Elle avoue :  « Le temps passé sur l’océan est comme rentrer chez soi, un endroit où tu trouves ton équilibre et où tu te fais porter par les flots. »Sur son long board, elle épouse bien la vague. Elle est la manifestation sensible de l’essence du surf. Elle glisse sur la lame, elle fait corps avec elle dans une optique d’épousailles. C’est un acte qui ne relève pas de la religion mais de la spiritualité, c’est une mystique, celle de la divinité qui va mourir. La danse de la surfeuse accompagne la divinité quand elle se mélange au sable. Elle est l’incarnation de la grâce, telle que la définit Bergson : « Un souffle qui fait frissonner la matière ».

Flâneuse de l’onde, la surfeuse se promène. Pour elle, hasard et nécessité prennent alors le même sens. Agissant d’instinct, elle fait preuve d’une précision souveraine, d’une sagesse toute sophistique, qui consiste à saisir la bonne vague. Le bon surfeur sait lire la mer ; le mauvais rate ses vagues.

Le surfeur émérite agit avec prudence et sagacité, et non par ignorance. Son expérience est faite d’un savoir, d’une science intuitive, qui lui donne le sens de l’occasion. « La mélancolie est son ultime avatar » et elle est ce qui reste dans le cœur d’un homme quand la vague meurt. On assiste alors aux derniers instants d’un élément Quoi de plus beau que la « cicatrace », le sillage moribond de la vague moribonde ? Sur la vague, c’est gravé. D’ailleurs, « les naufrageurs écrivent leur nom sur l’eau ».

Laird-Jaws

Laird Hamilton surfant Jaws (Photo Buzzy Kerbox)

Laird Hamilton, en quête de Jaws (mâchoire en anglais), la vague vorace, la vague mythique de vingt mètres de haut, le dit : « Je me fais l’effet d’être un chasseur de dragons. » Il renoue ainsi avec une forme de polythéisme. Il est comme un demi-dieu affrontant le monstre marin qui le met au défi de le dévorer. S’il existe toujours une surenchère, elle n’est pas de l’ordre de l’exploit. Chez Laird Hamilton, elle relève plutôt de la modestie et de l’humilité, le surfeur étant en adoration mystique devant les éléments.

Pour lui, le monde est la mesure de toute chose et il ne pense qu’à cela. Il ne veut pas séparer son destin de celui des vagues, qui sont à chaque fois comme des travaux d’Hercule qui ne laissent aucune trace. A son propos, on pourrait même parler d’une démarche littéraire. Laird Hamilton n’est-il pas dans la logique de la légende, lui qui est déjà comme un héros vivant au paradis des surfeurs ?

Pourtant, la trace d’une planche sur la mer n’est rien de plus que la durée d’un mot d’esprit au cours d’une conversation de table. Bientôt, il n’y a plus personne pour écouter et tout finit dans le silence, celui qui précède ou suit la tempête. Et c’est cet éphémère qui est beau. On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », disait Héraclite et on ne surfe jamais deux fois la même vague…

 

 

A lire : Petite philosophie du surf, Frédéric Schiffter, Editions Milan

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Télévision
commenter cet article

commentaires

Eric-le-peintre 05/12/2011 11:24

Très intéressant comme article :) J'ai toujours éprouvé une fascination pour les vagues, c'est une histoire de famille car mon arrière-grand-père en peignait déjà! Quant au japonais Hokusaï, c'est
en effet le premier artiste qui me vient à l'esprit quand je pense "représentation d'une vague"! Bonne journée!

Catheau 05/12/2011 16:00



J'ai rencontré un jour quelqu'un qui habitait Biarritz et qui peignait chaque jour une vague. Quant à mes deux fils, l'un est surfer en Australie et l'autre sur l'Atlantique: tous deux ne jurent
que par l'ivresse de la vague. Avec les vagues, vous avez un sujet de peinture infini !



valdy 30/11/2011 18:57

Fascinante et éclairante lecture métaphysique sur ce qui n'était pour moi qu'un sport spectaculaire certes, mais très éloigné de la philosophie (mais elle peut être partout, c'est vrai). Je n'ai
pas eu l'occasion de voir toutes les émissions de Raphaël Enthoven, et je pense que je vais "podcaster" celle-ci.
Merci donc, Catheau
Valdy

Catheau 05/12/2011 15:42



Une émission qui m'a passionnée et qui est venue conforter les affirmations enthousiastes et passionnées de mes deux fils. Amicalement.



Un passant windsurfer 30/11/2011 15:14

Surfing is life, the rest is details

Catheau 05/12/2011 15:39



Merci au passant windsurfer d'avoir laissé un petit sillage ici.



Dan 26/11/2011 18:44

Comment ne pas penser à cette vague de Camille Claudel au musée Rodin. Bises Dan

Catheau 29/11/2011 13:59



Tellement vivante, en effet, avec ses reflets verts et ses trois naïades qui dansent dans sa courbe. Merci, Dan, de l'avoir évoquée ici.



Nounedeb 26/11/2011 15:10

J'ai fait de la planche à voile. Je retrouve là, modestement, la sensation quasi allègrement mystique éprouvée lorsque la tension vigilante et l'abandon permettent de se sentir portée -
transportée, et par l'air, et par l'eau, d'être le lien entre les deux, avec le frisson de la vitesse.
La vague Hokusai serait, ai-je lu quelque part, la vague mortifère d'un tsunami.

Catheau 26/11/2011 15:51



Jardinière, poète, surfeuse : une femme complète et harmonieuse, Noune ! 



Alice 26/11/2011 14:56

Intéressantes confrontations de toutes ces petites philosophies du surf. J'aime la phrase de Pascal "Nous sommes tous embarqués",sur la mer, on ne peut plus choisir, qui rejoint pour moi nombre de
situations, où faire machine arrière est impossible. Défi de vie, le surf donne un sens à celle du sportif.

Catheau 26/11/2011 15:46



Comme tu le dis, le surf est une métaphore de notre vie. Je vois que tu continues à aimer philosopher, Alice !



Monelle 26/11/2011 09:45

Le surf est un sport que j'aime regarder, pour moi il représente deux adversaires qui se font front : l'homme et la vague !
Bon week-end
Monelle

Catheau 26/11/2011 15:44



C'est bien ce que Schiffter a expliqué de manière très éclairante lors de cette émission. A bientôt, Monelle.



christiane album 26/11/2011 06:49

Bon weekend et merci pour ton article sur le surf que nous aimons beaucoup içi .Je vais essayer de t'appeler ! ..

Catheau 26/11/2011 15:43



Les surfeurs sont toujours très beaux sur tes photos !



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche