Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 07:00

  croix de chemin

  Croix de chemin à Rou (Photo ex-libris.over-blog.com)

 

 

 

Lorsque je monte la petite rue où se situe ma maison, j’arrive à la lisière du village. Au carrefour, il y a cette fine croix de chemin, à la ciselure délicate, érigée sur son socle de pierre. Je ne sais quel fut son rôle exact. Fut-elle placée là pour exorciser la peur du carrefour, lieu de tous les dangers ? Est-ce une croix censée indiquer la limite du village ? Serait-ce une croix qui jalonnait le chemin des morts quand le convoi funéraire emmenait le défunt vers sa dernière demeure ?

Toujours est-il que, quand je passe devant elle à bicyclette, je pense à cette chanson de Louis Amade, chantée par Damia et Edith Piaf :

 

Mon Dieu qu’il y en a des croix sur cette terre

Croix de bois croix de fer, humbles croix familières

Petites croix d’argent pendues sur les poitrines

Vieilles croix des couvents perdus parmi les ruines

 

Et moi pauvre de moi j’ai ma croix dans la tête

Immense croix de plomb vaste comme l’amour

J’y accroche le vent j’y retiens la tempête

J’y prolonge le soir et j’y cache le jour

 

Et moi pauvre de moi j’ai ma croix dans la tête

Un mot y est gravé qui ressemble à souffrir

Mais ce mot familier que mes lèvres répètent

Et si lourd à porter que j’en pense mourir

 

Mon Dieu qu’il y en a sur les routes profondes

De silencieuses croix qui veillent sur le monde

Hautes croix du pardon dressées vers les potences

Croix de la déraison ou de la délivrance

 

Et moi pauvre de moi j’ai ma croix dans la tête

Immense croix de plomb vaste comme l’amour

J’y accroche le vent j’y retiens la tempête

J’y prolonge le soir et j’y cache le jour

 

Mais moi pauvre de moi j’ai ma croix dans la tête

Un mot y est gravé qui ressemble à souffrir

Mais ce mot familier que mes lèvres répètent

Et si lourd à porter que j’en pense mourir

 

 

Pour le Week-end du Petit Patrimoine de Hauteclaire.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Chansons
commenter cet article

commentaires

Dominique 31/05/2011 15:39


Les croix de mon enfance qui balisaient les chemins et les routes, on entendait dire : à la croix vous tourner, ou bien c'est juste après la croix
Disparues pour la plupart avec les remenbrements, les nouvelles routes, la disparition des cultures


Catheau 06/06/2011 14:21



Merci, Dominique, pour cette évocation d'une géographie disparue. Amicalement.



Tibicine 30/05/2011 20:27


Je crois que l'évènement qui a poussé les hommes à l'ériger là n'est guère important ; la croix symbolise la confiance, alors, tu peux la regarder et remplir ton coeur de paix. Bien à toi Catheau,
Tibicine


Catheau 06/06/2011 14:15



La confiance et le don total de soi. Merci, Tibicine, de votre passage.



Hauteclaire 30/05/2011 00:09


Une croix fine comme de la dentelle, magnifique ouvrage d'art.
Je ne connais pas cette chanson, il me semble, et c'est une belle découverte.
Merci à vous Catheau pour cela.


Catheau 06/06/2011 14:13



Merci, Hauteclaire, d'avoir été sensible à l'association de la photo et de la chanson. Amitiés.



Anne Le Sonneur 29/05/2011 13:30


Une croix toute fine, toute ciselée, toute en délicatesse, délicatesse de l'amour. "Il n'est pas de plus grand amour..." et l'ombre de la croix disparaît. Beau dimanche, Catheau et merci pour cette
croix-là.


Catheau 06/06/2011 14:10



Merci, Anne : après la Croix, il y a effectivement Pâques. Amicalement.



Suzâme 29/05/2011 11:13


Bonjour,

Si j'habite en Ile-de-France, je suis heureuse de retrouver au croisement des routes étroites de nos campagnes françaises "un calvaire". Cette désignation me vient de l'enfance lorsque j'allais en
vacances retrouver consins et cousines mais aussi avec exaltation, les prés, les forêts, les rivières... C'est devenu un souvenir de ma religion liée aux prières devant Jésus crucifié. Aujourd'hui
je ne passe pas mon chemin sans le regarder. Je parle au singulier pour "le calvaire" mais lorsque je vagabonde à bicyclette, je sais bien que les croix de ma rencontres sont toujours différentes,
magnifiquement uniques dans leur représentation d'un personnage connu que je rattrape à chaque fois que je le vois des confins de mes oubliettes. Merci de cette belle photo et ton texte clair comme
un piège d'eau, puits de nos souvenirs...A bientôt. Suzâme


Catheau 06/06/2011 14:09



L'infini des visages de la croix. Merci, Suzâme, de votre beau commentaire.



valdy 28/05/2011 22:15


Bonsoir Catheau,
Merci pour ce texte poignant et magnifique.
Valdy


Catheau 06/06/2011 14:05



Merci, Valdy, de l'avoir aimé. Amicalement.



eva48c 28/05/2011 17:31


et chacun porte la sienne ,à sa manière!


Catheau 06/06/2011 14:04



Mais peut-être que "Celui qui fait les croix fait aussi les épaules". Merci, Eva, de votre commentaire.



pasteline 28/05/2011 14:01


je me tourne toujours vers ces croix qui jalonnent nos routes où nos villages
très belle chanson, je ne connaissais pas
très belle journée


Catheau 06/06/2011 14:02



Autant de haltes sur nos routes. Merci, Pasteline, d'avoir regardé celle-ci.



Elo 28/05/2011 12:04


Merci pour ce texte. Je ne connaissais pas cette chanson là... Merci beaucoup. Bises


Catheau 06/06/2011 13:35



Des chansons de l'après-guerre qui nous touchent. Amicalement.



Monelle 28/05/2011 09:45


C'est vrai quelle est belle cette croix et merci de nous rappeller cette chanson !
Bon W.E.
Monelle


Catheau 06/06/2011 13:34



Avec du retard, merci, Monelle, de votre visite. Chantée par Damia, cette chanson m'émeut particulièrement.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche