Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 10:01

Rimbaud La photo retrouvée

 

Alban Caussé et Jacques Desse, libraires à Paris ont retrouvé il y a deux ans au fond d'une caisse une trentaine de clichés d'Aden à la fin du XIX° siècle. Ils ont appartenu à Jules Suel, beau-frère de Dubar, qui engagea Rimbaud dans la factorerie dirigée par Alfred Barbey. Ils représentent des bâtiments de la ville indigène, appelés Crater par les Anglais, des vues de Steamer point, appellation du port de la ville, des photographies de l'Hôtel de l'Univers, que l'on peut encore voir de nos jours, malgré sa décrépitude et dont Suel était le propriétaire. L'on sait que Rimbaud séjourna régulièrement à Aden pendant une dizaine d'année et qu'il logea dans cet hôtel, avant d'embarquer pour les côtes africaines et de livrer des fusils à Ménélik, roi du Coa.

Une des photographies, de format 9,6 x 13,6 cm, montre sept personnes, qui ont pris la pose sur le perron de l'Hôtel de l'Univers. En comparant différentes vues de Steamer point, Jean-Jacques Lefrère et Jacques Desse ont  pu dater ce cliché entre 1880 et 1890.

Ce groupe est composé essentiellement d'Européens, dont deux sont vêtus à la mode yéménite, et d'une femme. Parmi eux, sur la droite de la photo, on remarque un homme, qui a manifestement bougé pendant la prise de vue. En effet, ses traits ne sont pas très nets mais son regard, aigu en même temps que lointain, retient l'attention.

Lefrère et Desse ont rapproché ce cliché d'autres photographies de Rimbaud et ils ont été frappés par de nombreux points communs avec les huit rares clichés que l'on possède du poète devenu aventurier. Voici les traits caractéristiques qu'ils ont retenus : l'ovale du visage, la densité des cheveux, plantés de manière particulière, avec une pointe un peu décentrée sur la droite, les pattes très fines, des oreilles similaires dans leur implantation, leur forme et leur proportion, un nez assez large entre les sourcils, la forme de l'oeil, le dessin de la paupière et celui de l'arcade sourcilière.

Ils ont remarqué encore le regard très clair, souligné par Jean Richepin, qui écrivait que le poète avait des "yeux bleus comme [il n'en avait ] vu à personne : ils étaient gênants à force d'être clairs".

Ils ont souligné le bout du nez rond et les narines un peu échancrées, les fines moustaches blondes, semblables à celles que dessina Isabelle Rimbaud et dont le vice-consul de France à Massouah dans une lettre d'août 1887 avait dit qu'elles étaient "presque blondes mais petites".

Ils ont été attentifs à la bouche très dessinée qu'Ernest Delahaye, l'ami d'enfance de Rimbaud décrivait comme "non grande mais forte, rouge, d'un dessin rude, d'une expression violente et amère, lèvres épaisses, l'inférieure surtout, et comme fendue".

Le bas du visage a retenu leur attention par son menton rond et volontaire à la fois, les renflements sur les joues de part et d'autre de la bouche, les deux bosses sous la lèvre inférieure, détails que Julien Gracq appelait "la marque de famille" des Rimbaud et qu'Isabelle sa soeur possédait aussi.

 

isabelle rimbaud photo sur plaque de verre

                                                                   Isabelle Rimbaud, photo sur plaque de verre

 

L'élément déterminant de la comparaison a sans doute été la dissymétrie de la lèvre supérieure de Rimbaud, la partie gauche de celle(ci présentant un "manque", visible nettement sur la photo retrouvée.

Pour les auteurs de la trouvaille, celle-ci est d'importance puisqu'elle donne à voir avec netteté le visage de Rimbaud au début de ses aventures en Mer Rouge. Selon eux, elle serait une sorte de "chaînon manquant" entre les photos de l'adolescence et les autoportraits trop peu précis du Harar.

Elle est aussi très émouvante. En effet,  sur cette photo un peu floue, Rimbaud, vêtu simplement et prêt à se lever, ne semble-t-il pas mal à l'aise, comme s'il était déjà absent au monde, "aywhere, out of the world"?

 

 

Rimbaud-enfant

Rimbaud enfant

rimbaud à sept ans 

Rimbaud à sept ans

 

Rimbaud et son frère

Frédéric et Arthur Rimbaud en communiants 

 

  Rimbaud Institut Rossat

Arthur Rimbaud (croix rouge), en classe de 6°

à l'Institut Rossat 

   

 

Rimbaud à la moue

 

Rimbaud à douze ans, par Carjat

photo parue dans La Revue Blanche en 1897

 

rimbaud à la cravate noire 

  Rimbaud avec une lavallière noire

 

 

Rimbaud

Rimbaud à dix-sept ans, été 1872,

Photo de Carjat 

 

Buste de Rimbaud par Paterne Berrichon

Buste de Rimbaud par Paterne Berrichon,

paru dans La Plume en 1900 

 

Rimbaud en 1871

Rimbaud en 1871 

 

Rimbaud F Vallotton

Rimbaud par F. Vallotton

 

 

rimbaud par cazals

Rimbaud en 1871 par Casals 

 

 

 

 

  L-eternite-C-est-la-mer-allee-avec-le-soleil-Arthur-Rimbaud

 

Rimbaud par Paul Verlaine 

 

 

Rimabaud et verlaine

Rimbaud et Verlaine marchant dans Londres 

 

rimbaud à la pipe-copie-1 

Rimbaud en juin 1872 par Paul Verlaine 

 

 Rimbaud par Verlaine2

Rimbaud, la pipe à la main

 

Rimbaud dessin 2

Rimbaud assoupi sur une chaise 

 

rimbaud verlaine luc albert moreau 

Rimbaud et Verlaine par Luc-Albert Moreau 

 

 Rimbaud et verlaine un coin de table fantin latour

Rimbaud et Verlaine, Un coin de table, Fantin-Latour, 1872 

 

rimbaud l'allongé

Epilogue à la française,

Portrait du Français Arthur Rimbaud, blessé après boire

par son intime le poète français Paul Verlaine.

Sur nature par Jef Rosman

 

 

Arthur Rimbaud ernest delahaye 1875 

Rimbaud fumant

par Ernest Delahaye en 1875

 

Rimbaud dessin

Rimbaud assis en 1873

 

Rimbaud 1880

Rimbaud (debout à gauche) à Aden en 1880,

photo de Scheick-Otman 

   

Rimbaud autoportrait Harra 1883

  Autoportrait de Rimbaud au Harar

 

Rimabaud

Autoportrait de Rimbaud au Harar 

 

rimbaud in harar

Autoportrait de Rimbaud au Harar 

 

Rimbaud à Aden sur le perron de l'hôtel Univers entre 188 

Rimbaud (assis à droite) sur le perron de l'Hôtel Univers

entre 1880 et 1890 

 

Rimbaud La photo retrouvée

Gros plan de Rimbaud  (photo précédente)

 

 

Rimbaud par isabelle

 

Rimbaud par sa soeur Isabelle 

 

Rimbaud par Isabelle 3

Rimbaud par sa soeur Isabelle

 

irimbaud mourant 2 

Rimbaud mourant par sa soeur Isabelle

 

 

 

 

 

Sources:

Jean-Jacques Lefrère et Jacques Desse, Un coin de table à Aden.

 

Samedi 17 avril 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Portraits
commenter cet article

commentaires

Catheau 18/04/2010 09:56


A lire encore pour se forger une opinion :
BibliObs.com :"Un visage inconnu d'Arthur Rimbaud", Grégoire Leménager.
Paperblog : "Rimbaud : une photo inédite, à Aden, Abyssinie".

"On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans..." ou quand le mythe s'affronte à la réalité.


Catheau 18/04/2010 10:11



Qui est Raphaël Zacharie de Izarra? Une réponse avec "Le scandale du vrai-faux texte ou l'histoire de fou d'un faussaire sarthois", Jacques Quentin.



Raphaël Zacharie de IZARRA 17/04/2010 19:08


PHOTO DE RIMBAUD : JE SUIS L'AUTEUR DE CETTE NOUVELLE MYSTIFICATION

Je constate que certains journalistes sont plus avisés que d'autres. J'ai eu l'heureuse surprise de dénicher un article de Jacques Quentin http://fauxrimbaud.blogspot.com/ qui parle de moi avec
grande lucidité... Je trouve fort flatteur qu'un journaliste (de province) un peu plus futé que les autres ait l'audace d'avancer une thèse fort pertinente à propos de cette nouvelle "découverte",
à savoir que je serais l'auteur d'une énième farce médiatique à base d'Arthur ... Il faut dire que ce Jacques Quentin connaît bien son gibier : c'est à ma connaissance le seul qui a dénoncé en
toutes lettres et sans la moindre ambigüité l'énorme plaisanterie izarrienne au sujet du "Rêve de Bismarck". C'était en avril 2008.

Cette fois je n'ai même pas eu besoin d'aller répandre des alarmes sur la toile en expliquant que je suis effectivement l'auteur d'un nouveau coup monté concernant cette photo : ce journaliste
provincial à la tête froide s'en est chargé à ma place... C'est dire la profondeur de ses intuitions ! Il est vrai qu'il connaît bien son cher IZARRA, mystificateur obsessionnel à but strictement
égocentrique : il ne me fait aucun cadeau quand il s'agit de me disséquer de sa plume tranchante comme la vérité, me sachant sur ce point aussi avare de pincettes à l'égard des exégètes crédules
que je m'amuse à faire braire avec mes espiègleries rimbalesques de qualité quasi professionnelle répandues à grande échelle médiatique...

Mes détracteurs apprécieront.

Raphaël Zacharie de IZARRA

=======

L'article de Jacques Quentin à mon sujet :

LES DESSOUS DE LA PHOTO DE RIMBAUD : IZARRIMBAUD ?

Elle lui ressemblait comme une fille peut ressembler à son père.

Avec la bonne foi, la sincérité de son âme entière, de son coeur franc (fatalement lucides), le public ne s'y était pas trompé. La France était convaincue !

Sauf que les tests ADN avaient rendu leur verdict, pétrifiant : désaccord génétique total et définitif entre la fille et son prétendu géniteur.

La douche froide.

Qui ne se souvient pas de cette douloureuse affaire Aurore Drossard, fille imaginaire de Montand ? La leçon, authentique cas d'école, doit nous inciter à adopter à l'avenir la plus extrême prudence
dans ce genre d'information où la subjectivité peut brouiller les pistes les mieux balisées.

Or, avec le dernier avatar concernant Rimbaud, nous sommes dans un processus médiatico-hystérique exactement inverse : cette fois ce sont les "spécialistes" qui, enivrés de doctes fumées, se sont
eux-mêmes convaincus. Et de quoi donc me demanderez-vous ? Du pire : la mine patibulaire d'un Rimbaud aux antipodes de sa légende esthétique.

La pilule à du mal à passer chez les vrais-faux admirateurs du poète de Charleville qui, avec ce bon sens inné caractérisant les profanes et les ignorants, doutent.

La découverte de la photo date de deux ans. Troublant : à la même époque un certain Izarra criait à qui voulait l'entendre -et nul ne semblait vouloir prêter sérieusement l'oreille à ses
élucubrations- qu'il était l'auteur du "Rêve de Bismarck", un autre inestimable trésor rimbaldien sauvé des rebuts d'un bouquiniste de Charleville-Mézières. Décidément, le hasard facilite bien des
choses dans l'environnement de cet énigmatique Izarra...

Mais revenons à la tête de Rimbaud. Les spécialistes dont le fameux Jean-Jacques Lefrère se sont basés sur quatre de ses photos (plus ou moins nettes) déjà connues et reconnues pour établir un
nouveau dogme avec cette vertigineuse certitude propres aux exégètes de leur niveau, élevés au pain blanchit. La farine universitaire a d'incontestables vertus de salubrité intellectuelle... Bref,
c'est avec la même conviction, pour ne pas dire la même ferveur que le "Rêve de Bismarck" fut décrété authentique.

Rien n'est plus ressemblant à un portrait qu'un autre portrait, pour peu que le coeur s'emballe. On s'interrogera sur les méthodes employées par ces imprudents spécialistes cherchant à faire passer
à la postérité le visage d'un parfait anonyme confondu avec Rimbaud sous le prétexte d'une enseigne d'hôtel en guise de (fausse) piste aux stars du Parnasse, de chasse aux mythes... Bertillonnage ?
Identification judiciaire ? Tests ADN ? Les rieurs riront.

Les convictions pour le moins subjectives -autant dire hautement fantaisistes- de Jean-Jacques Lefrère et ses disciples sont une bonne gifle pour nous rappeler qu'à travers ce genre de révélation
sensationnelle pleine de flou artistique lié à l'univers de Rimbaud, un Izarra peut toujours en cacher un autre.

Les érudits échaudés ajouteront : aujourd'hui plus qu'hier.

Méfiance donc.

Jacques Quentin
jacquesquentin@hotmail.fr

ARTICLE ORIGINAL : http://fauxrimbaud.blogspot.com/

Lire aussi "Rimbaud et ses faux embrouillages" : http://fauxrimbaud.blogspot.com/2008/11/rimbaud-et-ses-faux-embrouillages.html


Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche