Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 21:14

  Gargantua enfant

Gargantua enfant, Gustave Doré

 

Dans deux paniers heurtés au pas sec du mulet,

Nous allions tristement vendus à qui voulait.

On s’arrête ; ta main me soupèse et me tâte ;

Tu m’as pris. Me voilà lié par une patte ;

Hypocrite, tu viens me jeter mie et grain,

Mais ne crois pas ainsi tenter  mon bec chagrin.

Mon aspect pitoyable est un muet reproche ;

Ne ris pas ; je connais mon sort ; j’attends la broche.

Je cligne mon œil rouge et somnole à demi.

Tu vas m’assassiner pour fêter quelque ami.

Adieu la chaude sieste et le réveil allègre.

Je n’y peux rien. Tords-moi le cou.

                                                         Mais je suis maigre.

 

 Abel Bonnard, Les Familiers.

 

 

Quel gourmand rêvera encore de poulet rôti après avoir lu ce poème ?

 

 

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème proposé par Jill Bill : La gourmandise.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice 29/10/2010 15:14


Une belle découverte d'Abel Bonnard, que je lirais volontiers dans d'autres textes, triste vie du maigre poulet, bien réaliste dans ses pensées ! bien loin du "poulet du dimanche" dans notre
tradition culinaire.


jill-bill.over-blog.com 28/10/2010 23:25


Bonsoir Catheau... Le poulet d'Abel Bonnard nul n'enviera son sort ici décrit pour les besoins des jeudis poésies... je m'en veux pauvre maigre poulet... Merci pour ce choix qui laisse pensif...
Bonne nuit Catheau.... JB


Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche