Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2014 7 11 /05 /mai /2014 10:24

 

 lapin-acm.JPG

Lapin en argile au Musée des Arts Asiatiques de Singapour 

(Photo ex-libris.over-blog.com, 25 avril 2014)

 

Toujours au Musée des Arts Asiatiques de Singapour, le 25 avril 2014, j’ai aimé ce lapin en céramique. Les oreilles en arrière, accroupi, comme en alerte, il semble prêt à sauter. Si beaucoup d’animaux domestiques ont été découverts dans les tombes de la dynastie Han (du bétail, des chevaux, des cochons et des chiens), le lapin est cependant rarissime.

La légende d’un lapin vivant dans la lune et secrétant un élixir d’immortalité apparaît pour la première fois dans les Songs of the South (Chu ci), une compilation des Han de l’Ouest. On peut y lire : « Quel est ce point noir dans la lune ? Est-ce un lapin qui se cache là ? »

Dans leur Dictionnaire des Symboles, Alain Chevalier et Jean Gheerbrant évoquent longuement la symbolique de cet animal léger et bondissant. Ils expliquent que le lapin (ou le lièvre) est souvent le compagnon mystérieux de la lune. S’il dort le jour, il gambade et batifole la nuit, telle la lune qui apparaît et disparaît. Les Aztèques croyaient que les taches de l’astre étaient issues d’un lapin qu’un dieu aurait projeté sur sa face. Dans leur calendrier, on trouve les années-lapin ; pour les Maya-Quiché, la déesse Lune en danger est secourue par un héros Lapin. Ainsi, en sauvant la Lune, le Lapin « sauve le principe du renouvellement cyclique de la vie ».

En Europe, en Asie, en Afrique, les taches sont elles-mêmes des lièvres ou des lapins. Cette croyance perdure dans la comptine que tous les enfants ont fredonnée :

J’ai vu dans la lune

trois petits lapins

qui mangeaient des prunes

en buvant du vin

tout plein.

Dans la mythologie égyptienne, le grand initié Osiris prend l’apparence d’un lièvre, dépecé et jeté dans le Nil afin d’assurer la régénération périodique. Quant au paysans chi’ites d’Anatolie, ils ne mangent pas de lièvre car ils croient que l’animal est la réincarnation d’Ali. En Inde, dans la Sheshajâtaka, le Bodhisattva apparaît sous la forme d’un lièvre pour se jeter en sacrifice dans le feu.

Symbole de la renaissance comme la lune, on comprend pourquoi le lièvre est ainsi, dans le taoïsme, le préparateur de la drogue d’immortalité. « On le représente au travail à l’ombre d’un figuier, broyant des simples dans un mortier. Les forgerons utilisaient son fiel pour la fonte des lames d’épée : il était censé communiquer force et éternité à l’acier, pour ces mêmes raisons qui faisaient qu’en Birmanie on le considérait comme l’ancêtre de la dynastie lunaire. »

La symbolique du lapin ou du lièvre est pourtant marquée au sceau de l’ambivalence. Ne dit-on pas, en Chine, que la hase conçoit en regardant la lune ce qui fait dire à Yan Tcho-Keng-lou que « les jeunes filles se conduisent presque toujours comme des lapines qui regardent la lune » ? Si les quatre cents lapins des paysans aztèques expriment l’abondance et la fertilité, ils sont aussi symboles de paresse et d’ivrognerie pour les Mexicains. Quant aux années-lapin, elles sont bonnes ou mauvaises car « le lapin saute d’un côté et de l’autre » !

Souvent frappé d’un interdit alimentaire chez de nombreux peuples, parfois image de la vie élémentaire, de l’être en devenir, ou encore du gaspillage, animal sacrificiel associé à l’immortalité ou à la fertilité, le lapin est un animal plein de surprises. Et la prochaine fois que je regarderai le clair de lune, j’aurai une petite pensée pour lui !

 

Sources :

Cartouches du Musée des Arts Asiatiques de Singapour

Dictionnaire des Symboles, Jean Chevalier, Alain Gheerrant, Bouquins


rabbit-legend.JPG

Cartouche du Musée des Arts Asiatiques


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Expositions
commenter cet article

commentaires

Carole 25/05/2014 12:20

Un très intéressant parcours. Au Japon aussi le lapin est un habitant légendaire de la Lune. Il y a sur ce sujet de nombreux récits et aussi des chansons enfantines.

Catheau 09/06/2014 19:29



Merci, Carole, de ce complément. J'aime revenir de temps à autre aux structures anthropologiques de l'imaginaire, thème de mon année de maîtrise,  et titre du passionnant ouvrage de Gilbert
Durand.



dimdamdom59 22/05/2014 23:13

Bonjour!!!
A partir de lundi 2 juin je prends la relève de la communauté des Croqueurs de Mots après Tricôtine.
Etant donné que Overblog vous prive des communautés, j'ai pris la décision de migrer dans un premier temps le blog de la communauté des Croqueurs de Mots sur une nouvelle plateforme dont voici le
lien : http://croqueursdemots.apln-blog.fr , sur lequel j'animerai les défis tels que "A l'abordage le défi" et "Les jeudis de la poésie".
Par la suite je compte créer une nouvelle communauté où tout le monde pourra participer toute plateforme confondue.
Si vous désirez continuer l'aventure avec nous ce serait aimable de me laisser un commentaire sur le blog à l'adresse que je vous donne ci-dessus.
Merci.
Cordialement.
Domi.

Catheau 09/06/2014 19:26



Merci à vous de reprendre le flambeau de cette communauté très amicale.



Martine 22/05/2014 21:38

Bonsoir Catheau,

J'en apprends sur ce joli lapinou!
Merci pour ce billet passionnant
;)

Catheau 09/06/2014 19:25



Eh oui, la symbolique des animaux est toujours passionnante à découvrir. Merci de votre lecture fidèle.



mansfield 22/05/2014 20:46

Très complet cet exposé, à la maison nous ne mangeons jamais de lapin plus par habitude qu'autre chose mais maintenant, après vous avoir lue, je me demande s'il ne s'agit pas d'autre chose!

Catheau 09/06/2014 19:24



Pour ma part, je n'ai jamais mangé de viande de cheval mais ceci est sans doute plus compréhensible. Sait-on pourtant ce que l'on ferait en cas de famine ?



jamadrou 22/05/2014 11:15

article fort intéressant, merci.
je ne sais si je vais continuer à me régaler avec son râble...:)

Catheau 09/06/2014 19:22



Un gourmet doit sans doute ignorer certaines choses s'il veut continuer à goûter ses plats favoris... Amitiés à vous.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche