Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 18:03

 Jet-d-eau.JPG

      Le jet d'eau dans le bassin de Rou

(Photo ex-libris.over-blog.com, 02 juin 2012)

 

 

Le jet d’eau dans le soir d’avril

Discrètement bruit à peine

Comme pour mieux conter sa peine

A nos jeunes cœurs puérils.

 

Le jet d’eau, que chuchote-t-il

Dans ce lent parfum de verveine

A faire hésiter, ô sereine !

Une larme au bord de vos cils ?

 

Vieille chanson qui jase et pleure

Au gré capricieux de l’heure

Selon qu’elle passe, rêvant

A des amours que l’on oublie,

Ou sanglote, mélancolie

Eparse aux tristesses du vent.

 

"Premiers Vers" in La Bohème et mon Coeur, Francis Carco

 

 

Cette petite suite de vers croisés (et de deux vers suivis) octosyllabiques parut dans La Bohème et mon Coeur, un recueil de poèmes, édité en 1912. On y observe déjà chez Francis Carco cette "brume de mélancolie, que nul rayon de joie ne parvenait à percer", ainsi que l'a écrit Roland Dorgelès.

Peu de temps après, en 1913, le créateur de l'Ecole Fantaisiste allait aimer Katherine Mansfield, d'une passion qui marquerait sa vie. Ce poème semble préfiguer cet "amour voué au désastre".

 

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème proposé par Voilier : Sonore

 

 

 

      Richter joue Jeux d'eau de Maurice Ravel

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Jeudi en Poésie
commenter cet article

commentaires

Alice 15/09/2012 11:03

Délicate poésie éclairée par tes mots.Le chant bas du jet-d'eau poétique s'entend comme un murmure de la tristesse du poète. Photo et musique s'accordent bien au texte.

Catheau 16/09/2012 13:59



Tu me donnes l'exemple, Alice, avec tes vidéos ou tes enregistrements musicaux toujours si bien choisies.



Suzâme 14/09/2012 22:39

Des vers classiques qui sonnent musique à l'oreille de nos âmes inclinées... jet d'eau jaillissant comme contraste à la douleur. Suzâme

Catheau 16/09/2012 13:58



Le charme discret de ses premiers vers de jeunesse. Merci, Suzâme, de votre âme attentive.



mansfield 14/09/2012 19:38

Carco et Katherine Mansfield, jamais au diapason, ce beau poème en est le reflet, ce parfum de verveine, agréable et douceâtre est l'exact symbole de cette passion!

Catheau 16/09/2012 13:57



Peut-être que les dates ne coïncident pas vraiment mais l'un m'a semblé bien illustrer l'autre. Merci, Mansfield, de votre intérêt pour ce que j'écris.



Carole 14/09/2012 17:26

Quelques gouttes de poésie et de musique. Il fait bien doux et cristallin chez toi aujourd'hui...

Catheau 16/09/2012 13:55



Oui, Carole, il est ainsi des jours de transparence et de légèreté. Merci d'y avoir été sensible.



Nounedeb 14/09/2012 12:53

L'eau qui court, jaillit, se pulvérise. La musique de Ravel illustre parfaitement, le poème, et donne vie à la photo.

Catheau 16/09/2012 13:53



Je l'entends dans mon jardin et je ne m'en lasse pas, tout comme de la musique de Ravel. Merci, Noune.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche