Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 21:50

P1250299.JPG

Un geai bleu dans le jardin de Kergavat

(Photo ex-libris.over-blog.com, mardi 4 mars 2014)

 

Au début de la semaine, dans notre jardin breton, un geai bleu est venu picorer dans la terre auprès d’un thuya abattu par la tempête. Tout en l’admirant, je me suis plu à murmurer ce vers de René de Obaldia, que l’on utilise dans les exercices d’articulation : « Le geai gélatineux geignait dans le jasmin ». Il est le début d’un poème extrait de Innocentines (1969) et intitulé « Le plus beau vers de la langue française ».

Ce texte parodique, aux vers très variés, met en scène une leçon dans une salle de classe. On y voit un professeur faire admirer à ses élèves la beauté d’un vers soi-disant magnifique. Son accent, la comparaison ridicule avec un autre vers tout aussi absurde (« Le geai volumineux picorait des pois fins »), le ridicule des métaphores (le poète devient "l'oiseau sorti de son nid" !), le rappel discret d’un vers de « Booz endormi » de Hugo (« C’était l’heure tranquille où les lions vont boire »), l’allusion à une hypothétique « petite amie anglaise », la cuistrerie de l’évocation du gallo-romain, la stupidité du motif de la punition, tous ces éléments concourent au comique du texte. Moquerie légère contre une certaine conception de l'inspiration et du génie, satire d'un enseignement formaliste, ce « poème pour enfants et quelques adultes"  (Sous-titre du recueil) souligne cependant la dimension sonore de la poésie et son aspect ludique.

 

 

 « Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »

Voici, mes zinfints

Sans en avoir l'air

Le plus beau vers

De la langue française.

Ai, eu, ai, in

Le geai gélatineux geignait dans le jasmin...

Le poite aurait pu dire

Tout à son aise :

« Le geai volumineux picorait des pois fins »

Eh bien ! non, mes infints

Le poite qui a du génie

Jusque dans son délire

D'une main moite

A écrit :

 

« C'était l'heure divine où, sous le ciel gamin,

« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin »

 

Gé, gé, gé, les gé expirent dans le ji.

Là, le geai est agi

Par le génie du poite

Du poite qui s'identifie

À l'oiseau sorti de son nid

Sorti de sa ouate.

Quel galop !

Quel train dans le soupir !

Quel élan souterrain!

Quand vous serez grinds

Mes zinfints

Et que vous aurez une petite amie anglaise

Vous pourrez murmurer

À son oreille dénaturée

Ce vers, le plus beau de la langue française

Et qui vient tout droit du gallo-romain:

« Le geai gélatineux geignait dans le jasmin. »

Admirez comme

Voyelles et consonnes sont étroitement liées

Les zunes zappuyant les zuns de leurs zailes.

Admirez aussi, mes zinfints,

Ces gé à vif,

Ces gé sans fin

Tous ces gé zingénus qui sonnent comme un glas :

Le geai géla…

« Blaise ! Trois heures de retenue.

Motif : Tape le rythme avec son soulier froid

Sur la tête nue de son voisin.

Me copierez cent fois :

"Le geai gélatineux geignait dans le jasmin. »

 

P1250303.JPGUn geai bleu dans le jardin de Kergavat

(Photo ex-libris.over-blog.com, mardi 4 mars 2014)

 

Lien vers un de mes poèmes, "La jarre au jardin",  écrit sur une allitération en [j] : link

Lien vers un de mes billets sur Obaldia : link

 


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Dits de poètes
commenter cet article

commentaires

Martine 12/03/2014 07:11

Une découverte ce poème. Et un régal aussi. Merci pour le sourire catheau
;)

Catheau 23/03/2014 14:57



Je l'utilisais avec mes élèves de théâtre ! Un bon exercice d'articulation !



ChristianeD 10/03/2014 23:05

Un geai qui n'est pas farouche , belle photo et dommage pour ton arbre ! . Mes félicitations pour ta publication , te souhaite surtout une bonne route !..

Catheau 23/03/2014 14:50



Me voici de retour, par un temps de giboulées après les tempêtes. L'arbre a été débité, l'herbe tondue et le jardin est impeccable ! A bientôt au fil.



marinelou 10/03/2014 05:53

J'aime ce texte parodique, et les allitérations quand elles viennent d'emblée comme un cadeau...
Merci pour ces image du geai gélatineux, bien que... je n'en ai jamais vu
collant à la pelouse !
Je vais suivre le lien

Catheau 23/03/2014 14:48



Ils ne collent guère en effet et s'envolent vite !



Nounedeb 08/03/2014 17:02

Rire...

Catheau 09/03/2014 18:50



Le rire quotidien : une thérapie, en effet !



Carole 07/03/2014 23:53

C'est excellent, et propre à faire réfléchir certains collègues, je trouve.
J'ai aussi deux geais dans mon jardin, mais je n'arrive pas à les photographier, ils sont très farouches.

Catheau 09/03/2014 18:49



Je suis bien de votre avis ! Combien d'élèves, victimes d'une dérive formaliste,  ne savent pas que la forme informe ! 



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche