Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 23:47

 

horloge

Volat irreparabilis tempus (Le Temps s'envole irréparablement),

Pendule nocturne italienne (XVII° siècle), sans aiguilles ni chiffres,

commandée par un pape insomniaque,

 de Pietro Tommaso Campani,

Peinture de Carlo Marratta

 

 

 

L’aiguille au cadran d’albâtre

Va bientôt marquer minuit.

Décembre s’évanouit,

L’année expire ; dans l’âtre

Danse une flamme bleuâtre,

Et je rêve à l’an qui fuit.

 

L’espoir riait sur ta mine ;

Quel fut ton œuvre, an qui meurs ?

Hélas ! tes rayons charmeurs

N’ont pas chassé la bruine,

Et toujours gît la ruine

Dans le vide de nos cœurs.

 

Minuit sonne, voici l’heure :

J’entends, près de m’assoupir,

S’élever, hurler, glapir,

La bise sur ma demeure…

Pauvre année, au vent qui pleure

Jette ton dernier soupir !

 

 

Pour clore l’année, j’aime à lire ces trois sizains de Achille Millien (1838-1927). Celui qu’on appela le « chantre du Nivernais » collecta  900 variantes de contes, des centaines de légendes, des proverbes, plus de 2600 chansons, nombre de coutumes, pratiques et croyances et autres traditions populaires. Il laisse une immense œuvre folklorique en grande partie inédite.

Dans ce poème très mélancolique, il médite sur l’année qui meurt. Peut-être l’écrivit-il en 1909, alors qu’il avait été contraint d’abandonner l’aventure éditoriale de la Revue du Nivernais, revue qu’il avait contribué à créer.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nounedeb 01/01/2011 17:24


Bonne année Catheau, dénichez-nous encore tout plein de ces bijoux ignorés.


christiane myatt 01/01/2011 08:17


Bonne journée à tous les deux et merçi pour ton article . Je vous embrasse .


Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche