Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 08:53

  Redon Sita 1893

Sita, 1893, Odilon Redon

 

 

Où m’en vais-je ainsi

Quand je rêve

Et que je m’ensommeille

Enfin abandonnée

Aux mirages flottants

Qui courent sous mon front

Comme des fils de la Vierge

 

Quel est donc ce pays que je ne connais pas

Où je suis délivrée de mon corps pesant

De l’espace et du temps

De la griffe et du vent

Du sang et des grimaces

De l’homme qui s’en va

Et qui ne revient pas

 

Je crois redevenir

Cet éternel enfant

Qui riait vaguement

Dans les eaux maternelles

Et dont les mouvements

Harmonieux et dansés

Etaient un friselis sur un rond ventre blanc

 

Et je sais que c’est là

Dans l’œuf originel

La matrice amoureuse

Le mystérieux Graal

Que je retournerai

Y rêver pour jamais

Mon songe éternité

 

 

 

Pour Le Casse-Tête de la Semaine de Lajémy,

Thème : Rêve Party

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Suzâme 28/03/2011 14:14


C'est un poème à partager et cependant il est d'essence existentielle comme l'instrospection même passagère. Très profond. Suzâme


Catheau 28/03/2011 19:55



Merci, Suzâme, de l'avoir partagé avec moi. Amitiés.



Sofya 21/03/2011 13:59


Très beau poème. Bonne journée.


Catheau 22/03/2011 08:38



Merci, Sofya, de votre visite.



Nefertiti 21/03/2011 09:36


Question existentielle !!! bonne semaine


Catheau 21/03/2011 10:03



Il paraît que les poètes aiment aussi la philosophie ! Merci, Néfertiti.



Elo 20/03/2011 18:33


Un beau rêve retour aux sources de la vie. Bises


Catheau 21/03/2011 09:58



Un endroit où l'on était bien...



Pauline 20/03/2011 11:29


Très bon dimanche.
Gros bisous.
Pauline


Catheau 21/03/2011 09:57



Merci, Pauline, de votre visite dominicale.



Dany 19/03/2011 18:01


Bonjour , c'est un très bel écris une belle manière de rêver. Merci de votre passage , bon WE
Dany


Catheau 21/03/2011 09:52



Chacun rêve "à sa mode". A bientôt, Dany.



fanfan 19/03/2011 17:58


qui sait où nous mènent les rêves ?
joli poème en tous cas ; bonne soirée


Catheau 21/03/2011 09:50



Un emportement vers l'ailleurs, tels sont nos rêves. Amitiés, Fanfan.



jill-bill.over-blog.com 19/03/2011 12:37


Délaissant le corps l'esprit s'élève dans d'autres sphères.... Indolore et léger... j'adore ! Jill


Catheau 19/03/2011 14:43



Oui, Jill, le rêve nous délivre de notre corps. Amitiés.



Annick SB 19/03/2011 09:47


Très jolie poésie ...


Catheau 19/03/2011 14:32



Merci, Annick, de vos mots et de votre message.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche