Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 09:54

  femmes près d'une conque

Deux femmes près d'une conque et deux amours, François Boucher,

Musée du Louvre, Département des Arts graphiques

 

 

Passants, je me souviens du crépuscule vert

Où glissent lentement les ombres sous-marines,

Où les algues de jade au calice entr’ouvert

Etreignent de leur bras fluide les ruines

Des vaisseaux autrefois pesants d’ivoire et d’or.

Je me souviens du soir où la nacre s’irise,

Où dorment les anneaux, étincelants encor,

Qui donnaient à la mer ses époux de Venise.

Passants, je me souviens du mystique travail

Des vivants jardins, qui recèlent virginales,

L’anémone et la mousse et la fleur du corail

Dont l’effort des remous avive les pétales,

Rose animale et rouge éclose dans la nuit.

Je me souviens d’avoir bu l’odeur de la brume

Et d’avoir contemplé le sillage qui fuit

En laissant sur les flots une neige d’écume.

Je me souviens d’avoir vu, sur l’azur changeant

Des vagues, refleurir les astres du phosphore.

Mon lit d’amour était le doux sable d’argent.

Je me souviens d’avoir frôlé le madrépore

En ses palais, d’avoir vu les lambeaux empreints

De sel, qui furent des bannières déployées,

D’avoir pleuré les yeux et les cheveux éteints

Et les membres meurtris des Amantes noyées…

J’ai connu les frissons de leur baiser amer.

Dans mon cœur chante encor la musique illusoire

De l’Océan. –Je garde en ma frêle mémoire

Le murmure et l’haleine et l’âme de la mer.

 

Evocations (1903)

 

Toujours sur le thème du coquillage, j’ai retrouvé dans ma vieille anthologie ce poème de Renée Vivien. De son vrai nom Pauline Tarn, elle est née en juin 1877 à Londres, d’un père anglais et d'une mère américaine, et mourut à Paris le 18 novembre 1909. Sa vie en poésie fut brève mais l’on retrouve ici « cette harmonie douce et immense, cette largeur d’évocation sombre et caressante qui la caractérise ».

 

renee vivien auguste rodin

Renée Vivien, buste en marbre, Auguste Rodin

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christianemyatt.over-blog.com 25/11/2010 14:54


Ah enfin ! , mon commentaire partira ..j'aime lire tes articles , encore merçi ..Mon "facebook est fermé pour des raisons de sécurité aprés la découverte d'une photo envoyée par quelqu' un qui
n'est pas dans ma liste ! . Je sais qui !!! . Des trombes de neige fondue , grêle : un temps à rester au chaud !..Bises..


Catheau 24/11/2010 14:17


Léa, je découvre votre blog,qui fait revivre la Belle époque et son charme inimitable.


femmes en 1900 24/11/2010 14:07


Un petit voyage dans le passé
http://www.femmes-en-1900.over-blog.com
http://www.femmes-1900.fr
une nouvelle gravure chaque jour
Bonne journée


Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche