Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:24

  A la verticale de lete 02 3 soeurs

  Les trois soeurs de A la verticale de l'été (Lien, Khanh, Suong),

un film de Anh Hung Tran (2000)

 

 

A la verticale de l’été

Trois femmes se déploient

Souples corps de lianes

Orbe bombé de leurs paupières

Sous leurs obscurs cheveux de nuit

 

Il y a celle qui

N’aimerait qu’un seul homme

Aussi beau que son frère

Dans ses vêtements blancs

Fumant la cigarette

Dans une rue d’Hanoï

 

Il y a celle

Qui se tait chez l’amant

Et qui est tout en pleurs

Son mari a deux femmes

Un tout petit enfant

Près de la baie d’Ha-Long

 

Il y a celle qui

Murmure qu’elle attend

Enfin ce bel enfant

A celui qui s’en va

Et qui en aimera

Une autre à Saïgon

 

A la verticale de l’été

Trois sœurs se déploient

Fleurs vivantes sur le mur

Légères ombres aux cloisons

Douces chansons en viêt-namien

Insectes verts sur les doigts

Caramboles transparentes

 

A la verticale de l’été

Trois destins dissemblables

Pour trois vies si semblables

Sous la pluie drue

De la mousson

 

 

Texte inspiré par le film de Anh Hung Tran, A la Verticale de l’été,

diffusé sur Arte, mardi 08 mars 2011.

Pour le Jeudi en Poésie des Croqueurs de Mots,

Thème proposé par Lilie : Femmes

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

Marine D 02/04/2011 15:38


Un très beau texte, belle inspiration...

Pardonne moi, je me suis souvenue que tu étais passée sur ma publication du "Peintre" en hommage à Vermeer, qui n'est autre que mon fils Arnaud..Il expose à partir de ce soir dans une salle en
région parisienne


Catheau 02/04/2011 21:58



Un fils peintre, une mère poète, une même âme d'artiste.



Suzâme 16/03/2011 14:11


Magnifique. Ce film m'aurait plus. Je découvre lentement, tardivement d'autres cultures, d'autres moeurs... Récemment j'ai fondu devant le film "Poétry" dont j'attends le DVD. En poésie, j'aime
voir à travers les vers...les tiens me donnent à voyager du regard et du coeur. Suzâme


Catheau 16/03/2011 22:44



Du même réalisateur, j'ai beaucoup aimé L'Odeur de la papaye verte. J'ai très envie de voir Poetry, dont on m'a dit grand bien. Nous, Occidentaux, sommes
souvent béotiens par rapport aux richesses et aux raffinements de l'Asie. Amitiés.



Monelle 12/03/2011 12:32


Belle inspiration t'ont insufflé ces trois femmes !!!
Bon W.E.


Catheau 12/03/2011 22:55



Trois soeurs, trois muses... Merci, Monelle. Amicalement.



Brunô 11/03/2011 11:28


Enchanteur poème sur le destin de ces femmes si proches et si différentes


Catheau 11/03/2011 21:25



Des soeurs, des mères, des amantes, des épouses, qui essaient d'exister aussi pour elles-mêmes. A bientôt, Brunô.



Marine D 11/03/2011 09:49


Quel texte magnifique, tu me fais regretter de n'avoir pas vu ce film, quel dommage Catheau !
Et j'adore cet extrait d'Apollinaire...


Catheau 11/03/2011 21:23



Merci, Marine ; le film existe sans doute en DVD. Quant à Apollinaire, c'est un de mes poètes préférés. Amicalement.



Adamante 11/03/2011 01:26


Je n'ai pas vu le film, mais ce poème si beau me donne vraiment envie de le voir.


Catheau 11/03/2011 08:41



Un poème comme une invitation à découvrir des femmes lointaines, c'est ce que j'ai souhaité. Merci, Adamante, de vos mots.



Tricôtine 10/03/2011 22:43


je n'ai pas vu ce film, mais tu en as fait une magnifique peinture poétique !! destins sous la mousson émotion ! merci Catheau :0)


Catheau 11/03/2011 08:39



Oui, l'histoire de ces trois soeurs émeut, pour peu que l'on sache les écouter au rythme lent et méditatif du réalisateur.



m'annette 10/03/2011 21:08


Beau et difficile à entendre...
nous parlions justement des différences de culture...
En Chine, les hommes ne présentent jamais leur épouse à leurs confrères....
Bonne soirée


Catheau 10/03/2011 23:07



Dans la beauté et l'harmonie d'une civilisation raffinée, des femmes qui souffrent. Merci, M'annette de votre commentaire.



Anne Le Sonneur 10/03/2011 20:51


Le regard de l'Orient, signes, mots et images dans l'indicible et l'instant. Accueillir "l'odeur de la papaye verte", "la balade de Narayama" et "le voyage de Chirico"... Quelque part, au plus
profond, au-delà de l'enfance, "l'île nue". Nous avons tant à apprendre de cet "Orient intime"...


Catheau 10/03/2011 23:06



Merci, Anne. J'ai beaucoup aimé aussi L'odeur de la papaye verte, film du même réalisateur, sur lequel j'avais écrit un billet. L'Orient, un continent méconnu par les Occidentaux.



Lyly 10/03/2011 19:27


Bonsoir Catheau

Magnifique présentation du film que je regrette de n'avoir vu
Belle soirée, Lyly


Catheau 10/03/2011 23:03



Merci, Lily, pour le choix du thème qui a suscité de belles trouvailles en poésie. Amitiés.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche