Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 00:57

 Waste-not.JPG

Waste Not, de Song Dong

(Photo ex-libris.over-blog.com, le 13 janvier 2013)

 

Dimanche 13 janvier 2013, après avoir assisté à la piece de theâtre, Othello c'est qui, nous avons déambulé dans Carriageworks au milieu de l'installation de l'artiste chinois Song Dong, intitulée Waste Not (du 15 janvier au 31 mars 2013). De la maison familiale de Beijing au Sydney Festival, en passant par le Museum of Modern Art in New-York, c'est une longue histoire que celle de cette entreprise artistique et personnelle peu commune.

Celle-ci a en effet été conçue par l'artiste après la mort de son père, une perte douloureuse dont sa mère ne se remet pas. Aussi, afin de l'aider à faire son deuil, entreprend-il de rassembler avec son aide le contenu entier de sa maison. Soigneusement rangé par catégories d'objets sur une importante surface, tout ce qui fait le simple quotidien d'une vie s'offre au public dans tout son prosaïsme et en même temps toute sa charge émotionnelle.

D'abord surpris puis interessé, voire emu, le promeneur s'interroge sur cet exceptionnel travail de mémoire et de résilience, qui peut être vu en même temps comme une célébration de la vie à travers les objets. C'est ce que fait remarquer justement The New York Times qui décrit ainsi cette entreprise artistique touchant à l'intime : "Deeply moving... A work of art is every bit as much about loss as it is about muchness."

 

Waste-not-3.JPG

Waste not, de Song Dong

(Photo ex-libris.over-blog.com, le 13 janvier 2013)

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jeanne Fadosi 25/02/2013 11:12

une étrange exposition. Un prétexte qui m'interroge ...

Catheau 03/03/2013 18:59



Une manière très particulière, en effet, de vivre son deuil. N'est-ce pas le rôle des artistes de nous interroger ?



Martine 14/02/2013 07:51

Ce doit être bizarre d'exposer, d'étaler ainsi au public toute sa vie.
Une visite troublante.

Bonne journée à vous Catheau
Martine

Catheau 18/02/2013 18:50



Lorsqu'un proche disparaît, on a plutôt tendance à se défaire de ce qui lui a appartenu. Ici, c'est l'inverse qui se produit pour permettre le deuil.  Comme vous le dites, Martine, c'est
troublant. 



domsaum 12/02/2013 13:04

ça doit être étonnant comme visite! Profite bien de tes derniers jours la tête en bas; ma "perspicacité" ou mon habitude de corriger des copies me fait remarquer que tu es un peu perdue dans les
dates...

Catheau 18/02/2013 18:47



Une visite surprenante qui nécessite une explication. Comme je l'ai dit à Alice, ensuite, on ne regarde plus ces objets de la même manière. Merci de me signaler cette coquille concernant la date.
A bientôt pour te raconter tout cela de vive voix.



Alice 12/02/2013 07:28

Une découverte insolite (j'ai regardé les photos sur internet)il y a une masse d'objets très serrés les uns des autres comme dans une maison. Je ne sais si l'installation atteint son but, ressentir
la présence du père de l'artiste à travers tous ses objets. Merci à toi. Belle journée

Catheau 18/02/2013 18:43



C'est en effet une entreprise artistique curieuse qui surprend et étonne. Le propos est expliqué sur des cartouches qui éclairent le visiteur et lui permettent de poser un autre regard (plus
compréhensif) sur cet amoncellement d'objets.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche