Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 23:04

le-redon-cyclope-vers-1914.jpg

      Le Cyclope, Odilon Redon, vers 1914

 

 

 

Tout au-dessus de moi le ciel bleu se balance

Nuages à la renverse

Tel un grand Gulliver dans les fils de la Vierge

Je suis enchevêtrée

J’entends forer la taupe aux profonds souterrains

De son museau pointu

Grignoter l’écureuil dans le cèdre bleuté

De ses petites dents

Les verts palmiers en pots vibrant dessous le vent

Font un bruit de baguettes

En canons infinis les oiseaux se répondent

Chanteurs invisibles

Potentat des pierrailles étincelle grisée

Un lézard se faufile

Tout à l’aplomb du toit un ramier me surveille

En libre geôlier

Indiscrète et véloce une fourmi titille

Les ailes de mon nez

Je respire la terre et sa senteur d’humus

Parfum d’éternité

Le soleil immobile emprisonne de flamme

Tout mon corps engourdi

Le pic-vert a tapé sur le bois de mon cœur

Qui sursaute étonné

Les grenouilles coassent en se gaussant de moi

Quoi Quoi Quoi

Le nez dans la verdure et le bel aujourd’hui

Je te parle d’amour

Et l’herbe tend l’oreille

 

Dans le jardin,

Dimanche 27 mai 2012

 

Pour Papier Libre de Juliette,

Thème : « Aujourd’hui, quand je parle d’amour, l’herbe tend l’oreille » (Herta Muller)

 

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Papier Libre
commenter cet article

commentaires

Isabelle Gimbert-Aumage 31/08/2012 21:16

En parcourant ces vers, on ressent le plaisir de s'allonger dans l'herbe et de se confondre avec la nature environnante... Ce poème embaume l'odeur verte et terreuse du printemps,et retentit de
vibrations animales, quand le beau temps nous rend heureux.
Amicalement,
Isabelle

Catheau 09/09/2012 09:14



Votre commentaire, Isabelle, restitue bien ce que j'ai souhaité exprimer. Merci.



valdy 30/05/2012 18:22

Que le Paraclet s'exprime dans la nature environnante, voilà qui me console de tous les bruits dont la ville est pourvoyeuse ... il n'est donc pas irrémédiablement enfui,
Amicalement,
Valdy

Catheau 01/06/2012 09:38



Le bruit ténu mais si net de la Nature, le souffle de l'Esprit, le Consolateur. Prêtons l'oreille. A bientôt entre vos pages.



valdy 30/05/2012 18:13

Je l'ai découvert hier chez Juliette ... J'ai aimé être surprise par cette -presque familière- dernière phrase,
Valdy

Catheau 01/06/2012 09:36



J'ai aimé les résonances inventives qu'elle a fait naître chez les unes et les autres. Amicalement.



Alice 30/05/2012 14:33

Point de rêverie :-), la nature s'impose dans tout ce qu'elle a de plus vivant auprès de l'endormie. J'aime beaucoup ton texte.

Catheau 01/06/2012 09:23



Merci, Alice. J'ai eu beaucoup de plaisir à l'écrire... dans l'herbe !



Carole 28/05/2012 19:25

Une belle variation sur les mots d'Herta Müller, mais aussi un bel hommage au "vierge, vivace et bel aujourd'hui" : toute la paix vibrante et sonore des jours d'été où la nature chante "en canon"
comme tu le dis bien.

Catheau 29/05/2012 08:49



"Le bel aujourd'hui" est venu spontanément sous ma plume pour dire ce moment d'harmonie panthéiste. Je vous souhaite, Carole, un mardi ensoleillé.



Nounedeb 28/05/2012 17:51

Le cyclope attendri regarde la beauté nue, et votre oeil attentif, plein d'amour, nous l'écrit.

Catheau 29/05/2012 08:39



C'est un gentil cyclope  et je l'ai choisi pour son attitude attentive à la femme et à la nature. Merci de votre constance, Noune.



Suzâme 28/05/2012 15:02

Pour ceux qui ignorent que notre premier amour est la nature votre poème à la première lecture picote mon corps comme si j'étais allongée sur le ventre de la terre au coeur des herbes dansantes. A
bientôt. Suzâme

Catheau 29/05/2012 08:37



C'est un amour, vaste et multiple, qui ne déçoit pas. Et j'ai bien aimé votre texte qui a su allier cet amour-là à celui des êtres.



domsaum 28/05/2012 07:07

Contemplation! Très joli, d'autant plus quand on connait ton jardin!

Catheau 29/05/2012 08:32



Merci, Dominique. Je te souhaite de belles petites escales "dans l'herbe" au cours de ton périple que tu entames aujourd'hui.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche