Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 16:58

  bloggif 4e11e5119c54e

    Le castillo et la ville haute de Vejer de la Frontera, Andalousie

                                       (Jeudi 30 juin 2011)

 

 

 

Sous le fier castillo

Que conquirent les Maures

Dans les ruelles hautes

Eperdues de blancheur

Les ombres s’abandonnent

Par les portes ouvertes

Sur les patios en fleur

Les bleus azulejos

Le soleil tombe à vif

Mes jambes titubant

Sur le pavé ancien

La chaleur de l’Espagne

Bouillonne dans mon sang

 

A Vejer de la Frontera, jeudi 30 juin 2011

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes andalous
commenter cet article

commentaires

Nounedeb 05/07/2011 07:21


Est-on bien en Espagne? On pourrait croire un autre krak des chevaliers.


Catheau 05/07/2011 09:31



Qu'elles soient des Maures ou des Croisés, les citadelles qu'on disait imprenables finissent toutes par tomber. Merci, Nounedeb, pour cet écho.



Dan 04/07/2011 20:57


Ton texte a pris le soleil et nous le restitue joliment Dan


Catheau 04/07/2011 23:18



Merci, Dan, pour ce commentaire ensoleillé.



Martine 04/07/2011 19:17


Bonsoir Catheau,

Qué calor! :)

Toute la chaleur, les couleurs de l'Espagne dans vos mots. Un rythme que j'affectionne. Merci pour ce beau partage.

Belle soirée à vous ;)
Martine


Catheau 04/07/2011 23:15



Un des plus beaux villages andalous, paraît-il : une Espagne rêvée. Merci, Martine, de vos visites.



Christiane Art 04/07/2011 19:08


Un bien beau voyage ! , merci pour ton partage chére Catherine , à demain ..


Catheau 04/07/2011 19:49



Un voyage au pays du soleil et de la blancheur : un émerveillement. Heureuse de t'avoir entendue au fil.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche