Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 09:47

 

chevreuil.jpg

 

 

Le soleil rouge et rond

Eblouissait mes yeux

Sur la route en cordon

En un saut hasardeux

Une zébrure brune

A griffé mon regard

Et bravant la Fortune

Un jeune chevrillard

A bondi vif-argent

Dessous les taillis verts

Pour vision me laissant

Son miroir (*) aux lisières

 

En quittant Erdeven,

sur la route vers Saint-Sauveur-Kerbihouarde,

6h 45 du matin

 

(*) Le miroir est l’arrière-train du chevreuil

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Martine 28/07/2012 09:15

La grâce suspendue le temps d'un battement de coeur. Magnifique en couleurs et en mots. Merci Catheau

Bon weekend
Martine

Catheau 30/07/2012 07:59



Merci, Martine, pour ce commentaire à coeur battant. Les plaisirs de l'été m'éloignent un peu de votre blog mais je ne vous oublie pas !



mansfield 28/07/2012 08:30

Juste un instant et cependant un bel échange, quelque chose de magique entre la femme et l'animal. Superbe!

Catheau 30/07/2012 07:57



Une vélocité toute poétique. Merci, chère Mansfield, de votre fidélité.



Carole 27/07/2012 21:53

Un beau rythme bondissant pour ce poème du "chevrillard".
J'ignorais ce sens du mot miroir... il réhabilite le "derrière", ce "bottom" voué au mépris.

Catheau 30/07/2012 07:56



Un terme effectivement surprenant pour cet"obscur objet" du mépris, ainsi que vous le soulignez avec justesse. Je ne suis guère présente ces temsp-ci sur vos pages mais j'aime à les partager sur
ma page FaceBook.



duriez 27/07/2012 17:10

Un beau cliché pris sur le vif ! , merci Catherine et te souhaite un bon week end ensoleillé en famille . Je vous embrasse bien ..

Catheau 30/07/2012 07:53



C'était en quittant notre Bretagne... mais pas pour longtemps ! Heureuse de t'avoir entendue au fil.



Tibicine 27/07/2012 16:54

Bonjour Catheau. Comme le dit suzâme en quelque sorte, la nature tient toujours sa promesse ; nous émerveiller et nous surprendre. à bientôt, Tibicine

Catheau 30/07/2012 07:52



Heureuse de vous lire, Tibicine. Je viendrai chez vous plus souvent.



Isabelle Gimbert-Aumage 27/07/2012 16:22

Bonjour,
Je viens tout juste de visiter votre blog que je trouve très intéressant. Je le mettrai d'ailleurs en lien sur le mien.
Ce poème est très joli et évoque une surprenante rencontre qui me rappelle un monde familier et sauvage que j'arpente parfois au hasard de mes balades.
Cordialement,
Isabelle

Catheau 30/07/2012 07:51



Merci, Isabelle, de votre venue entre mes pages. J'ai pu ainsi découvrir votre blog dont la poésie me plaît. A bientôt pour des rencontres nouvelles.



Nounedeb 27/07/2012 16:16

Un instantané saisi avec toute son atmosphère!

Catheau 30/07/2012 07:50



Beauté d'une faune que l'on voudrait voir demeurer sauvage avec son parfum de liberté. 



Suzâme 27/07/2012 14:40

Que la nature nous étonne encore! La regarder, c'était encore la vivre...

Catheau 30/07/2012 07:48



Qui n'a pas vécu au moins une fois cet instantané toujours surprenant ? On ne s'en lasse pas!



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche