Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 11:11

 -Grenouille-dhiver-photo-copie


Le court-métrage n’est pas un genre facile et il semble que chez les cinéastes, il y ait un « complexe du court ». Pourtant, grâce à l’amitié et à l’opportunité de certaines rencontres, des courageux s’y attellent. C’est le cas du réalisateur Slony Sow qui présentait vendredi 16 octobre en avant-première, au cinéma Le Palace à Saumur, son court-métrage intitulé Grenouille d’hiver, produit par la société de production saumuroise, Nompareille. Il faut dire que le casting en est alléchant puisque Gérard Depardieu en est l’acteur principal, avec l’actrice japonaise Eriko Takeda comme unique partenaire.

L’histoire en est toute simple : sur son domaine viticole (Tigné en Anjou), Benjamin (Gérard Depardieu) vient de perdre sa femme (Sabine Lenoël). Désespéré, il songe à se suicider. Une jeune Japonaise, Miko (Eriko Takeda), venue à la propriété pour une dégustation de vins, l’en dissuadera et le ramènera vers la vie.

Ce film de 17 minutes 44 affronte avec délicatesse la douleur de la perte. Et c’est bien là la difficulté du genre. En si peu de temps, et comme dans une nouvelle en littérature, comment trouver un rythme, un ton, une atmosphère ? Ce genre « montre peu mais démontre beaucoup », a-t-on coutume de dire. Grâce au jeu sans artifice de Gérard Depardieu, le film y réussit puisqu’on a presque l’impression d’un avant et d’un après, pour un récit censé ne durer que vingt-quatre heures.

Au cours de la discussion qui a suivi la projection, Slony Sow a expliqué l’extraordinaire capacité de Depardieu à entrer dans un personnage, sans réelle préparation intérieure. Alors qu’il vient de plaisanter, quand on dit « Moteur ! », il est immédiatement dans le jeu, et toujours avec justesse. Le réalisateur a rappelé avec humour que le tournage de la mort de Cyrano de Bergerac (une scène d’une émotion intense) est pour les techniciens du film un souvenir de rire insensé, au point qu’il a fallu vider le plateau de tous ceux qui n’y étaient pas indispensables, tant les rires fusaient entre les prises.

Une spectatrice a fait remarquer l’intérêt d’un court-métrage qui s’attarde sur cette réalité de la mort, si souvent occultée dans nos sociétés occidentales. La petite grenouille, symbole de vie pour les Japonais, et offerte à la morte par la jeune visiteuse, la délicatesse avec laquelle celle-ci fait la toilette mortuaire de la défunte, sont des éléments qui donnent à regarder la réalité en face, mais cela est narré avec pudeur.

On notera aussi le travail sur la lumière, notamment celle qui provient de la chambre où repose la défunte. C’est une lumière blonde et rose, que le réalisateur dit avoir voulue un peu irréelle comme dans les contes. Il y a aussi la lumière d’hiver qui coule par les fenêtres de la cuisine, tandis que Benjamin et Miko prennent un repas ensemble. Elle opère un contraste très fort avec l’obscurité de la cave, dans laquelle le viticulteur retrouve son  fusil de chasse et s’abandonne un temps à la tentation d’en finir.

Quant à la grenouille d’hiver, que l’on aperçoit transie dans les vignes à la fin du film, il n’a pas été facile de dénicher l’actrice capable de jouer ce rôle ! Slony Sow a expliqué avec drôlerie qu’il l’a cherchée longtemps à travers la France, pour finir par la trouver non loin de Tigné, à Montreuil-Bellay.

Eriko Takeda, jeune actrice japonaise arrivée il y a quatre ans en France, avoue quant à elle l’extraordinaire aventure qu’a été pour elle ce tournage avec Gérard Depardieu. Même dans ses rêves les plus fous, elle n’aurait jamais osé l’imaginer ! Et Jean Maurice Belayche, le producteur du film, lui-même ami du comédien, a insisté sur les liens d’amitié qui lui ont permis de réaliser ce court-métrage. Il a salué encore le maître de chai de Tigné, qui lui a été d’une grande aide.

Gérard Depardieu a en effet tout de suite accepté de tourner ce scénario, qui parlait de mort et de renaissance, et qui lui donnait l’occasion d’être entre ses murs et au milieu de ses vignes, puisque le court-métrage a été tourné au château de Tigné. C’était aussi pour lui l’occasion de revenir en Anjou, là où repose son grand copain, Jean Carmet. Et Slony Sow de faire remarquer que, dans le film, Gérard Depardieu, a refait spontanément un geste précis qu’il avait accompli au moment de la disparition de Jean Carmet.

Ce court-métrage avait été sélectionné à Cannes 2011 et projeté sur l’Ecran de la Plage. Il avait été présenté en avant-avant-première le 24 septembre 2011 au théâtre de verdure du château de Saumur, il sera diffusé sur France 2 le dimanche 23 octobre 2011 dans la série Histoires courtes. L’occasion pour les téléspectateurs de découvrir toute la légitimité du court-métrage, un genre que n’ont méprisé ni Godard ni Scorcese, et  qui est tout, sauf  un film au rabais.

 

Sources :

www.ecrannoir.fr « Faire un court-métrage »

festivalcourtmétrage.wordpress.com

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Elo 19/10/2011 18:07


Les bons courts métrages valent mille fois la plupart des films plus longs ! MERCI pour cette mise en valeur à travers celui-ci ! bisous


Catheau 21/10/2011 22:02



Oui, Elo, la longueur n'équivaut pas toujours à la qualité. A bientôt.



Alice 19/10/2011 11:16


J'espère voir ce film, dimanche, merci d'en rappeler la date. Amitiés


Catheau 21/10/2011 09:39



C'est une curiosité "angevine". Amitiés, Alice.



domsaum 18/10/2011 15:39


Gérard Depardieu,crédible en homme du terroir, Eriko Takeda, légère comme un "elfe", de belles prises de vue... un bon moment!


Catheau 18/10/2011 23:00



Présence aussi de ce château de Tigné, filmé dans une belle lumière d'hiver. Merci, Dominique, de ta venue.



valdy 17/10/2011 22:26


Bonsoir Catheau,
Bien que Gérard Depardieu ait été un éblouissant Cyrano, je déplore souvent son cabotinage. J'ai donc -hélas ...- un a priori défavorable que cette critique temporise.
Merci donc,
Valdy


Catheau 18/10/2011 22:57



Ce court-métrage m'a permis de m'interroger sur un genre délaissé. Amicalement.



Monelle 17/10/2011 13:57


Merci à toi d'avoir donné l'information de la diffusion sur France 2 que je ne manquerais pas de regarder, car ton billet nous donne envie sans rien dévoiler d'important !
A bientôt
Monelle


Catheau 18/10/2011 23:01



L'occasion de se pencher sur un genre peu pratiqué. A bientôt, Monelle.



Dan 16/10/2011 17:43


Le court métrage avait sa place en première partie , il y a quelques années. Il est dommaged'avoir perdu cela au profit de le pub et des bandes anonces. Amitiés Dan
PS: m^me dans ces meilleures prestations j'ai un peu de difficulté à apprécier Depardieu.


Catheau 18/10/2011 22:55



Je l'ai beaucoup aimé  dans Sept mort sur ordonnance, Les valseuse et Cyrano. S'il n'a pas fait que des chef d'oeuvre, c'est quand même une "bête de scène".
Amitiés.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche