Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:28

-guillaume-apollinaire-Fotolia-andreas-hilger.jpg

Apollinaire à La Santé

(Fotolia, Andreas Hilger)


A la Santé

Avant d'entrer dans ma cellule

Il a fallu me mettre nu

Et quelle voix sinistre ulule

Guillaume qu'es-tu devenu

 

Le Lazare entrant dans la tombe

Au lieu de sortir comme il fit

Adieu adieu chantante ronde 

Ô mes années, ô jeunes filles [...]

 

 

 

En ce 23 février 2014, fête de la saint Lazare, me sont revenus en mémoire les huit premiers vers du poème d'Apollinaire "A la Santé".

Ce poème émouvant remémore la mésaventure judiciaire de Guillaume Apollinaire, survenue en septembre 1911 et son emprisonnement de quelques jours à la Santé.

Du 7 au 13 septembre 1911, accusé de complicité dans une sombre histoire de vol de statuettes au Louvre, le poète passe plusieurs jours dans la prison parisienne. A cette époque, en effet, il a rencontré de nouveaux amis, dont un certain Géry Piéret qui a dérobé des statuettes au Louvre en 1907 et en 1911. Il s’est plu à en offrir à son récent ami poète.

En août de la même année, le vol de La Joconde  incite le voleur à révéler ses larcins au patron de Paris-Journal qui ébruite l’affaire. Il restitue au musée la pièce confiée par Piéret contre de l’argent. Le juge qui avait fait écrouer Piéret en 1905 arrête alors Apollinaire qu’il considère comme complice.

Alors que le cambrioleur a fui, Apollinaire est emprisonné. Il séjournera une semaine à La Santé mais n’oubliera pas cette expérience de la réclusion. Finalement innocenté et mis hors de cause en 1912, c’est de la matière de cette expérience qu’il tirera six poèmes courts. Ceux-ci seront intégrés dans son recueil Alcools en 1913.

 
Dans les deux premières strophes d’octosyllabes reproduites ici, le poète s’interroge sur cette expérience et il se compare à Lazare. Mais ici, l’originalité de ce choix réside dans le fait que Lazare ne sort point de la tombe mais bien plutôt y pénètre ! On note en effet la double occurrence du verbe « entrer », à l’infinitif et au participe présent. Un retournement poétique  (conforté par la locution prépositive « au lieu de ») dans ces huit vers très musicaux (assonance en [u]), qui disent la stupéfaction du poète de se voir ainsi métamorphosé en prisonnier. L’importance de ce passage par la prison est marqué en outre par l’emploi du verbe « devenir » à la forme interrogative, confortés par l’emploi de la deuxième personne du singulier. La répétition de « Adieu », la double invocation aux années passées et aux « jeunes filles » marquent bien ici la fin d’une certaine forme d'innocence.

 

Apollinaire_a_la_Sante.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

M'amzelle Jeanne 09/03/2014 20:05

Ils ont eu bien de la chance d'avoir un professeur de lettres si précis et valeureux tes élèves! As tu connu Annie Sylvestre Une chère amie professeur dans ta ville en retraite depuis un certain
temps ...
Belle soirée !

Catheau 23/03/2014 14:45



Merci, Jeanne ! Je ne connais pas personnellement Annie Sylvestre mais je l'aperçois de temps en temps au ciné-club ou à des conférences. Son mari était cavalier, je crois.



M'amzelle Jeanne 03/03/2014 14:23

J'ai relu l'étude que vous avez fait pour ce poème.. et ce matin j'en ai compris le sens. J'ai aimé vos explications littéraires qui donnent un autre regard sur le texte.
Merci beaucoup pour ce partage.. et le commentaire reçu à l'instant.

Catheau 09/03/2014 18:29



Merci, Jeanne. Je fus professeur de Lettres en un autre temps... Amitiés.



mansfield 03/03/2014 12:24

Un court poème bien inspiré, sa brièveté est je pense à la mesure de la mésaventure, c'est-à-dire une trahison blessante mais sans conséquence fâcheuse pour le poète. J'ai presque envie de dire, il
fallait que ça sorte... et maintenant, si je grandissais un peu!

Catheau 03/03/2014 14:43



Le poème comprend en fait huit strophes et j'en aime aussi beaucoup la fin :


"[...] Nous sommes seuls dans ma cellule


Belle clarté chère raison"


 



M'amzelle Jeanne 24/02/2014 13:10

Merci pour cette lecture.. je ne savais pas.

Catheau 03/03/2014 14:06



La vie d'Apollinaire recèle bien des surprises. Amitiés à vous.



Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche