Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 13:24

Philémon et Baucis, Antoine Bourdelle, Aquarelle, 1919

Le mardi 17 mars 2015, j’avais regardé une émission de la série Couples, de Thierry Demaizières et Alban Teurlai. Le philosophe Pascal Bruckner y avait rappelé l’expression magnifique de Milan Kundera, selon laquelle des amants fidèles éprouvent l’un pour l’autre au fil du temps une « compassion éblouie ».

Actuellement, je lis le petit ouvrage de François Cheng, Œil ouvert et cœur battant (2016), où l’écrivain poète se demande comment envisager la beauté au cœur du mystère du mal, inhérent à notre monde. Il réfléchit, entre autres, sur le rôle de la pitié qui, selon lui, « nous fait voir les conditions réelles de la beauté, et par là, tout le prix de ce don inouï ». De plus, ajoute-t-il, ce sentiment possède « la capacité paradoxale de replacer les instants de beauté dans la durée : par sa juste compréhension des choses qui reconnaît les possibles faiblesses ou failles, elle nous prémunit contre d’éventuelles déceptions futures qui pourraient venir ternir ces instants uniques ».

A cette occasion, lui revient en mémoire une phrase de Jacques de Bourbon-Busset, « le chantre de l’amour durable » : « Point de vraie passion sans compassion », affirme l’auteur de L'Amour durable (1969). Ainsi, comme Milan Kundera, il pense que « la compassion assure à la passion sa durée ». A la veille de célébrer mes noces d’or, cette pensée est pour moi particulièrement lumineuse.

Lien vers mon autre billet : http://ex-libris.over-blog.com/2015/03/l-amour-fidele-ou-la-compassion-eblouie-milan-kundera.html

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

suzâme 11/08/2020 13:51

Bel amour celui qui ne compte pas l'or de ses jours. Vous aviez 20 ans quand vous sentiez que le temps ne s'aditionne pas en amour, il s'impatente ou s'éternise.

Catheau 11/08/2020 22:02

Merci, Suzâme, pour ce joli commentaire.

mansfield 09/08/2020 17:44

Alors moi c'est à Claude Lelouch que vous me faites penser et à sa manière particulière d'évoquer non pas le temps qui passe mais l'amour, ses variations, ses composantes, dont le temps, avec lequel il faut compter absolument.

Catheau 10/08/2020 15:21

Oui, Lelouch est en effet un observateur lucide et pénétrant des comportements amoureux.

Martine 03/08/2020 16:22

Noces d'or? félicitations Catheau! Nous, cela fait 44: noces de topaze .
L'or, le bleu : un beau soleil sur la mer!
Je vous souhaite une excellente fête anniversaire à votre mari et vous.
Amitié
:)

Catheau 04/08/2020 09:38

Merci, Martine, de vos souhaits amicaux. "Pourvou que ça doure", ainsi que le disait Laetitia.

Présentation

  • : Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche