Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 13:24
Le Christ à la Colonne, basilique Saint-Pierre-et-Saint Paul, Acireale (Photo ex-libris.over-blog.com, mercredi 11 mai 2016)

Le Christ à la Colonne, basilique Saint-Pierre-et-Saint Paul, Acireale (Photo ex-libris.over-blog.com, mercredi 11 mai 2016)

 

Située entre les pentes de l’Etna et la Mer Ionienne, Acireale a été la première étape d’un voyage en Sicile que j’ai fait du 11 au 18 mai 2016. Cette ville, autrefois appelée Aquilia, est surnommée le Petit Vatican, à cause de ses très nombreuses églises. Elle tire son nom actuel d’une légende mythologique. Le berger Acis était tombé amoureux de la nymphe Galatée. Son rival, le cyclope Polyphème, l’écrasa sous un rocher. De son sang jaillit un fleuve appelé Akis, dont le cours surtout souterrain affleure près de Santa Maria la Scala On appelle ce dernier U sangsu di Jaci (Le sang d’Acis). L’adjectif "royal" a été ajouté en 1642 par un décret de Philippe IV d’Espagne pour distinguer la ville de ses voisines et pour en souligner la position dominante, comme ville domaniale. Elle fut reconstruite après le séisme de 1793, qui détruisit une partie de la Sicile sud-orientale.

Parmi les nombreux édifices baroques que nous avons pu admirer se trouve la basilique Saint- Pierre-et-Saint- Paul, érigée en 1550.  Remaniée au XVIIème siècle et XVIII siècle, elle présente  une façade typiquement baroque conçue par Vasta en 1741.  A l’intérieur, une nef unique abrite quelques toiles du même artiste et de Platania.

Mais ce qui nous a fortement impressionnés, c’est  une statue du Christ à la Colonne, curieusement réalisée en papier mâché. D’un artiste inconnu, elle est vénérée par les habitants et traditionnellement portée en procession tous les 70 ans, afin de protéger les habitants contre les cataclysmes naturels. Elle représente un Christ flagellé, le corps couvert d’ecchymoses et de blessures, attaché à une colonne. Réaliste et doloriste à l’excès, le Fils de Dieu porte au cou un médaillon renfermant une relique de la Sainte Croix.

Les évangélistes ont rapporté la flagellation ordonnée par Pilate, cet épisode de la Passion du Christ, souvent associé au couronnement d’épines. Ils décrivent plus largement ce dernier et le situent dans un autre lieu, le Prétoire. Marc (Ch. 15, v. 15) écrit : « Pilate alors, voulant contenter la foule, leur relâcha Barabbas et, après avoir fait flageller Jésus, il le livra pour être crucifié. » Matthieu (Ch. 27, v. 26) s’exprime comme Marc : « Alors il leur relâcha Barrabas ; quant à Jésus, après l’avoir fait flageller, il le livra pour être crucifié. » Luc, de manière elliptique, dit pour sa part (Ch. 23, v. 24) : « Quant à Jésus, il le livra à leur bon plaisir. » Jean (Ch. 19, v. 1 à 3), qui ne dissocie pas les deux événements, est plus prolixe : «Pilate prit alors Jésus et le fit flageller. Les soldats, tressant une couronne avec des épines, la lui posèrent sur la tête, et ils le revêtirent d’un manteau de pourpre ; et ils s’avançaient vers lui et disaient : « Salut, roi des Juifs ! » Et ils lui donnaient des coups. » 

Ce thème de la flagellation du Christ a été souvent traité dans l’iconographie. Le Caravage, Antonello de Messine, Bramante, l’ont représenté avec force. Cependant, cette statue réalisée dans cette humble matière qu’est le papier mâché, m’a particulièrement émue.

J’ai pensé alors au poème, « Flagellation » de Jean-Pierre Lemaire, in L’Annonciade, découvert dans le beau livre, Visages de Marie, présenté par Jean Vanier. Le poète y donne la parole à la Mère de Dieu :

 

Les premiers coups commencent à pleuvoir

et tes disciples sont partis s’abriter.

Laisse-moi rester près de toi sous la pluie

dans la maison sans murs où tu donnes audience

à tous les humiliés, à tous les offensés.

 

Les autres reviendront chercher la chemise

la tête ou le cœur qu’ils ont abandonnés

pour échapper aux coups. Retiens-moi ici

sous la pluie noire du mépris avec toi

et les sept épées qui gardent mon cœur.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Sculpture
commenter cet article

commentaires

Martine 08/10/2016 03:55

Quelle belle oeuvre! On peut créer de magnifiques choses avec le papier mâché. Cet artiste avait beaucoup de talent! Quel réalisme! Impressionnant
Merci Catheau pour ce rappel biblique
J'aurais été impressionnée moi aussi face à ce Christ

Catheau 08/10/2016 09:25

Une rencontre quasi mystique au premier soir de notre voyage. J'imagine que vous aussi avez déjà utilisé ce matériau humble.

mansfield 04/07/2016 18:20

Une très belle réalisation qui vous a permis de nous exposer les points de vue des évangélistes sur la flagellation du Christ, chapitre essentiel de la chrétienté. Evangélistes, historiens, chacun d'eux a sa part de vérité.

Catheau 04/07/2016 18:36

Ce Christ est l'une des premières découvertes artistiques lors de notre voyage ; il nous a beaucoup impressionnés.

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche