Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 07:53

 

Le coucou, cunulus canorus, Martinet, gravure ancienne

 

Le coucou

 

 « Sois bienvenu, favori du printemps

Encore ici tu es pour moi

Non pas oiseau, mais être invisible,

Une simple voix, un mystère… »

 

William Wordsworth, 1770-1850

 

Hier, en balade avec des amies, pour la première fois de l'année, nous avons entendu le coucou. En écho à William Wordsworth, j'ai écrit ce petit texte :

 

Coucou de printemps

 

On marche d’un bon pas

On entend le coucou

Pour la première fois

En ce matin très doux

 

On cherche dans ses poches

La piécette sonnante

Mais c’est mauvaise pioche

La monnaie est absente

 

Foin du mauvais présage

Et de la plaie d’argent

Vive coucou volage

Annonceur du printemps

 

Verrie, mardi 5 avril 2016

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes de saison
commenter cet article

commentaires

philae 10/04/2016 07:45

très sympa

Catheau 10/04/2016 10:05

L'avez-vous photographié, ce coucou parfois décrié ?

mansfield 07/04/2016 20:15

Toit cela fait du bien qui évoque les beaux jours et un peu de légèreté après un hiver bien lourd plutôt que froid!

Catheau 10/04/2016 10:04

On sent en effet le frémissement du printemps, qui se fait désirer. Amitiés à vous.

Nounedeb 06/04/2016 10:36

Le texte de Wordsworth est magnifique, et pour répondre au vôtre:

L'ai entendu aussi, première fois,
chez la Fée qui m'ouvre la voix.

Catheau 10/04/2016 10:02

Le chant vous sied bien, Noune, et comme vous le chantez bien dans votre dernier recueil !

Martine 06/04/2016 09:14

Bonjour catheau

Pas encore entendu le coucou par ici. Par contre il me sembble que la huppe est revenue. Son Peup!peup!peup! a résonné pas très loin, dans les pins

Très joli poème plein de fraîcheur.

Catheau 10/04/2016 10:01

Sous notre porche au bel arrondi ce sont les hirondelles qui sont revenues !

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche