Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 14:58
Azulejos de Cervantès dans le parc Maria Luisa de Séville

Azulejos de Cervantès dans le parc Maria Luisa de Séville

 

Miguel de Cervantès (1547-1616) est surtout connu par son roman, Don Quichotte de la Manche (1605), qui connut un succès immédiat et de nombreuses rééditions. Certains épisodes furent adaptés pour le théâtre et ses personnages apparurent dans des fêtes foraines. L’influence de ce personnage a irrigué toute l'art occidental : la littérature avec Madeleine de Scudéry, Fielding, Laurence Sterne, Walter Scott, Marivaux et Diderot ; la musique avec Mendelssohn, Richard Strauss, Manuel de Falla, Maurice Ravel, Marius Petipa pour le ballet ; la peinture avec Fragonard, Coypel, Delacroix, Daumier, Gustave Doré, Picasso...

Prenant prétexte que la première édition de Hamlet et la première partie de Don Quichotte parurent la même année au début du XVII° siècle, Ivan Tourgueniev (dans Hamlet et Don Quichotte, 1860), a proposé une réflexion sur ces deux héros majeurs de la littérature occidentale. Selon lui, l’humanité se divise en deux figures fondamentales, celle de Hamlet et celle de don Quichotte. Il explique que si l’on compte plus de Hamlet que de don Quichotte, ceux-ci « n’ont pas entièrement disparu. » Les Hamlet, ce sont « les penseurs, dont la conscience embrasse parfois l’univers entier, mais qui le plus souvent sont inutiles et réduits à l’immobilité ». Quant aux don Quichotte, s’ils sont eux aussi « à moitié fous », ils « rendent des services qui font marcher l’humanité parce qu’ils ne voient et ne connaissent qu’un seul point, et ce point n’existe même pas sous la forme que leur imagination lui prête. »

Tourgueniev poursuit en expliquant que la vie humaine n’est que « la lutte éternelle de deux principes sans cesse séparés et réunis ». Les Hamlet, c’est « la force centripète de la nature ; en vertu de cette force, tout être se considère comme el centre de la création et regarde le reste de la nature comme créé pour son usage exclusif ». A cette force centripète de la nature s’oppose une force centrifuge, « qui veut que tous les êtres n’existent que les uns pour les autres. C’est cette force, ce principe de dévouement et de sacrifice que représentent les don Quichotte […].

A l’occasion de l’anniversaire de la mort de l'écrivain espagnol, le 23 avril 1616 (la même date que la mort de Shakespeare), je publie les photos de la glorieta de Cervantes. Il s'agit d'un espace polygonal, décoré d’azulejos, retraçant des scènes de l’œuvre de Cervantès, situé dans le parc María Luisa à Séville. L'infante du même nom l'avait créé en 1893 et il avait été réaménagé par un paysagiste français, Jean Claude Nicolas Forestier, à l'occasion de l'exposition ibéro-américaine de 1929. C’est au cours d’un séjour en Andalousie, du 14 au 21 avril 2012, que j’avais photographié cet endroit.

 

Sources :

Le Magazine Littéraire, janvier 2016

Photos ex-libris.over-blog.com, avril 2012

 

Bon anniversaire, Cervantès !
Bon anniversaire, Cervantès !
Bon anniversaire, Cervantès !
Bon anniversaire, Cervantès !
Bon anniversaire, Cervantès !
Bon anniversaire, Cervantès !
Bon anniversaire, Cervantès !

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Anniversaires
commenter cet article

commentaires

Quichottine 28/04/2016 12:45

Cervantes est partout, don Quichotte est devenu un héros national.
En tout cas, les mosaïques sont superbes.
Très bel article, Catheau. Il y avait longtemps que je n'étais pas venue chez toi... j'aime toujours autant te lire.

(J'aime beaucoup ce que disent Carole et Martine.)

Catheau 28/04/2016 15:13

Don Quichotte est partout et aussi dans votre pseudonyme si bien choisi ! Merci de votre commentaire amical.

escapade40. 26/04/2016 12:00

Un petit coucou , oui de belles mosaïques ayant beaucoup de charme ! . Bonne semaine à toi et à Alain ,

Catheau 28/04/2016 15:10

On aime à s'asseoir sur le banc du héros "à la triste figure". A bientôt sur ton blog.

mansfield 26/04/2016 08:00

Dans chaque homme un grain de folie qui le fait se croire seul au monde ou protecteur de ses semblables, à chaque homme la lucidité sur le temps qui passe et sa propre déchéance! Mais se sentir vivant... De superbes mosaïques!

Catheau 28/04/2016 15:09

Deux personnage, devenus des "types, pour tenter d'éclairer notre "humaine condition". J'ai aimé cet endroit de Séville.

Martine 25/04/2016 03:22

Il y a en chacun de nous, un Hamlet et un Don Quichotte. j'aime à le penser en tout cas. L'un ou l'autre apparaît suivant les circonstances
C'est très beau cette décoration.

Catheau 25/04/2016 11:23

Je le crois aussi et c'est en cela que les grands écrivains atteignent à l'universel. Bonne semaine vers le 1er mai.

Carole 24/04/2016 01:12

J'aurais tendance à penser que les Hamlet ne sont que des Don Quichotte désabusés. et les Don Quichotte, des Hamlet qui ne sauraient pas encore que les mots mentent.

Catheau 25/04/2016 11:21

En chacun, en effet, les deux postulations. Tout homme n'est-il pas un peu schizophrène ? Merci pour ce beau commentaire.

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche