Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 15:58

 

Un renard pendu par une patte, Philéas-Félix Bermond, vers 1865

 

 

 

Sous le fin crachin de septembre

Sous le saule et le frêne

Aux feuilles sanglotantes

Dans la bruyère humide

Les ajoncs déchirants

La lande ruisselante

Et les fossés glissants

Les cris ensauvagés

Des hommes en habits verts

Les farouches abois

Des chiens fous excités

Traquant le roux  renard

Tant rétif à la mort

Ont affolé mon cœur

Et annoncé l’automne

 

Kergavat, mardi 15 septembre 2015, vers 6h du soir

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Catheau - dans Poèmes de saison
commenter cet article

commentaires

Fabrice Parisy 28/10/2015 06:29

Bonjour,
Je sens dans l'emploi de ce verbe "affoler" le regret, l'incompréhension... Il est des bêtes que les chasseurs n'épargnent pas... Sans doute que le renard s'aventure trop sur leurs plates-bandes, sauf que lui, il est chez lui... Je ne vois pas d'autre explication (je n'ai encore jamais vu quiconque manger du renard...)
L'automne poursuit son chemin, loin déjà des sentiers de septembre, c'est d'ailleurs novembre et son cortège de grisaille humide et grise qui s'apprête à tuer les dernières rousseurs de la nature...
Bonne journée.
FP

Catheau 09/11/2015 18:45

Des cris rauques, des aboiements, la pluie, la nuit qui tombe, un animal aux abois... décidément, je n'aime pas les chasseurs et c'est pourquoi mon coeur "s'affole". Mais quel bel été indien, ces jours-ci !

Alice 12/10/2015 20:34

la traque du renard dans ces terres humides d'une grande réalité

Catheau 22/10/2015 22:10

C'était effet un soir humide et frissonnant !

Carole 11/10/2015 00:32

Belle évocation. L'automne est peut-être ce renard roux qu'on assassine ?

Catheau 22/10/2015 22:08

Merci, Carole, pour ce superbe commentaire. C'est magnifique !

Nounedeb 10/10/2015 17:28

J'aime cet hommage au bel animal, ici aussi pourchassé. Il se régale, parait-il, des perdrix lâchées pour la chasse...

Catheau 22/10/2015 22:07

Il serait donc le rival des chasseurs et c'est pour cela qu'ils le tuent ?

Martine 10/10/2015 09:10

Pauvre renard!

Mais il nous permet de nous réjouir de ce beau poème
Merci Catheau

Catheau 22/10/2015 22:06

Pourquoi tuer les renards ? Sont-ils si nuisibles ? A bientôt entre vos lignes.

Présentation

  • : Ex-libris
  • Ex-libris
  • : Un blog pour lire, pour écrire, pour découvrir et s'étonner. "La Vie a plus de talent que nous" disait Nabokov.
  • Contact

ex-libris

 ex-libris

 

Voie lactée ô soeur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d'ahan

Ton cours vers d'autres nébuleuses

 

La chanson du Mal-Aimé, Apollinaire

Recherche